Vaux-le-Vicomte fait rêver petits et grands pour Noël


Pour la 14ème année consécutive la famille de Vogüé nous invite à un Noël féerique au château de Vaux-le-Vicomte. Tout le personnel du domaine s’est retroussé les manches pour mettre en place des milliers de décoration de Noël dans les jardins et dans les pièces de réception du château. Chaque année ils arrivent à nous surprendre et 2019 ne déroge pas à la règle avec un tout nouveau spectacle son et lumière qui, chaque soir, embrase la façade sud du château. Un spectacle digne de la grande fête inaugurale donnée par Nicolas Fouquet en 1661.

Si aujourd’hui Vaux-le-Vicomte est pour nous un exemple classique de l’architecture Grand Siècle propre au règne de Louis XIV, on ne réalise pas à quel point cette architecture était novatrice pour l’époque. Les visiteurs se pressaient pour l’admirer (ou pas), de la même façon que nous apprécions (ou pas!) les bâtiments créés par les architectes contemporains.

Nicolas Fouquet, le richissime surintendant des finances de Louis XIV, engagea trois des artistes les plus novateurs de l’époque pour construire le château de ses rêves. Le paysagiste André Le Nôtre, l’architecte Louis Le Vau et le peintre et décorateur Charles Le Brun sont ainsi devenus immensément célèbres avant même de créer Versailles.

La légende veut que la disgrâce de Fouquet soit due à la jalousie de Louis XIV suscitée par la somptuosité de la fête inaugurale de Vaux-le-Vicomte. C’est négliger la part active de Colbert dans cette affaire! C’est peu de dire que Fouquet et Colbert ne s’appréciaient pas et tous deux briguaient le poste de premier ministre.

Pendant des mois Colbert mena un campagne de dénigrement contre Fouquet et réussit à le discréditer auprès du roi.

En fait l’arrestation de Fouquet le 5 septembre 1661 avait été prévue plusieurs semaines avant la fameuse fête. Mais bien sûr on ne saura jamais si Fouquet aurait été un meilleur premier ministre que ne l’a été Colbert !

Au cours des deux siècles suivant le château a changé plusieurs fois de propriétaires avant de finalement être acheté par Alfred Sommier en 1875. Ce magnat des affaires avait fait fortune dans l’industrie sucrière et consacra des sommes colossales à la rénovation du château et des jardins à la française pour le transformer en demeure familiale. Ses descendants y vivent toujours.

L’actuel propriétaire le Comte Patrice de Vogüé a reçu le domaine en cadeau de mariage. Cela peut paraître extravagant mais en fait c’était plutôt un cadeau empoisonné puisque Patrice de Vogüé n’avait guère les moyens financiers de rénover et d’entretenir le château.

Vendre était inenvisageable et en 1968 le comte décida d’ouvrir le domaine au public. Ce fut donc durant cette année « révolutionnaire » qu’il brava les traditions aristocratiques de sa famille offusquée à l’idée de proposer des visites payantes de la maison familiale !

Le temps lui a pourtant donné raison puisque aujourd’hui Vaux-le-Vicomte est non seulement la plus vaste propriété privée en France classée monument historique, mais c’est aussi une société rentable capable de générer l’important budget annuel nécessaire à son entretien (soit 1,3 millions d’euros chaque année). Aujourd’hui ce sont ses trois fils qui gèrent le domaine.

Chaque année les fêtes de Noël à Vaux-le-Vicomte rencontrent un succès grandissant auprès du grand public.

Près de 90 000 visiteurs se sont déplacés en 2018 et l’objectif de 100 000 est espéré cette année. Depuis sa restauration à la fin du 19ème siècle le château a gardé son ambiance chaleureuse de demeure familiale avec une collection unique de meubles d’époque, d’objets d’art et de tableau.

L’absence de barrière ou de cordelettes permet aux visiteurs de déambuler librement dans les salles et les feux de cheminée, entretenus allumés tous les jours en hiver, donnent aux visiteurs l’agréable impression d’être des invités et pas de simples touristes se promenant dans un musée.

Cette année la thématique choisie pour les décorations a été « Noël en mille et une couleurs ». Que ce soit dans le Musée des Equipages installé dans les anciennes écuries, ou dans le château, chaque pièce arbore sa propre couleur et ses propres senteurs de pin, de vanilles, de cannelle… 170 sapins de Noël, 10 000 objets décoratifs, 12 000 cadeaux offerts aux moins de 7 ans, 10 000 gâteaux au chocolat pour les plus grands de 7 à 17 ans, 4 000 mètres de guirlandes ont été prévus pour faire plaisir à tous.

Comme chaque année la visite culmine dans le fameux Grand Salon ovale où une immense crèche pyramidale toute dorée tourne au milieu d’un décor de dizaines de sapins de toutes tailles qui scintillent de mille feux.

La grande nouveauté de l’année est le spectacle son et lumière qui illumine la façade sud du château dès que la nuit tombe.

Cette projection monumentale également appelée mapping video, retrace l’histoire du château depuis sa construction. Les projections multicolores s’appuient sur les reliefs architecturaux et les statues de la façade pour créer des images en 3D accompagnées d’une bande son, mêlant musique baroque, musique contemporaine et effets sonores. (Projections de 8 mn toutes les 30 minutes de 17h30 à 19h).

Le parc est rempli de grands sapins de Noël illuminés et les enfants de moins de 7 ans qui oseront braver le froid se verront offrir un petit cadeau-surprise.

Un kiosque propose des boissons chaudes et des spécialités de Noël et vous pourrez aussi savourer votre chocolat chaud en vous promenant dans une calèche à cheval le long des allées jusqu’au grand canal.

Chaque jour deux noisettes dorées seront cachées dans différents endroits des jardins et si vous avez la chance d’en trouver une on vous offrira un sac rempli d’objets de décorations réalisées par « Noël Goodwill ».

Les fêtes de Noël à Vaux-le-Vicomte se prolonge jusqu’au 5 janvier 2020. Le château est ouvert du mercredi au dimanche et sera ouvert tous les jours pendant les vacances (sauf le 25 décembre et le 1er janvier).

Vaux-le-Vicomte est à moins d’une heure de route de Paris. Vous pouvez également y aller en train depuis la Gare de l’Est jusqu’à la gare de Verneuil l’Étang, une navette assurant le trajet depuis la gare jusqu’au château.

Annick Dournes





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Quand le bâtiment va, tout va … Façon John Zukowsky

Quand le bâtiment va, tout va … Façon John Zukowsky

1062 vues
27 novembre 2020 0

Dans un voyage passé, présent ou à venir, le souvenir, le plaisir immédiat, le...

Comment Cologne a été mise au parfum

Comment Cologne a été mise au parfum

735 vues
20 novembre 2020 0

Cologne a été fondée il y a 2 000 ans. C’est l’une des plus...

Rockabilly boogie : le Japon a la banane

Rockabilly boogie : le Japon a la banane

779 vues
6 novembre 2020 0

Le rockabilly arrive vers 1958 au Japon. Juste après le traumatisme d’Hiroshima et Nagazaki....