Monaco a son plan pour sauver son économie touristique


Pour les spécialistes et les autorités de Monaco, l’activité touristique en Principauté risque d’être pénalisée pour plusieurs mois. Du jamais vu dans les pires crises économiques.

L’annulation du prochain Grand Prix automobile et des masters de tennis ont été le coup de grâce sachant que ces événements sont autant importants pour l’activité économique que pour l’image de la destination à travers le monde. 

Aussi les dix bureaux de la Direction du Tourisme à travers le monde ont du revoir les stratégies et les calendriers. « Le marché asiatique a bougé en premier puis aujourd’hui le marché américain, constate Guy Antognelli le Directeur du tourisme de la Principauté. Sur une crise de cette ampleur, il n’y a pas grand-chose à faire, la baisse des réservations individuelles est la même partout en Europe. »

Pour l’avenir à court terme la stratégie sera centrée sur le marché de proximité, celui de l’Europe, et bien sûr la clientèle française, qui est l’un de ses plus gros marchés. « L’Europe sera le point crucial de la relance pour Monaco. »

Reste une inconnue de taille. Quand cette crise sanitaire jamais vue prendra t-elle fin ?

Michel Bovas





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Les chinois vont-ils continuer d’investir dans le tourisme en Europe ?

Les chinois vont-ils continuer d’investir dans le tourisme en Europe ?

1423 vues
28 mai 2020 0

Le géant chinois du tourisme et du voyage en ligne continue de faire son...

Latam Airlines : les vraies raisons de la faillite

Latam Airlines : les vraies raisons de la faillite

2369 vues
27 mai 2020 2

La crise du Covid-19 vient semble t-il de faire une nouvelle victime. la compagnie...

Des grandes manœuvres dans le tourisme au niveau mondial

Des grandes manœuvres dans le tourisme au niveau mondial

2232 vues
26 mai 2020 0

« Je ne veux voir qu’une seule tête » affirmait le cardinal de Richelieu qui d’ailleurs...