La pastorale en si bon chemin


Un mois sur le Camino del Norte, de Bayonne à Santiago, 40 kilomètres de marche par jour : étape après étape, Jean-Christophe Rufin se transforme en clochard céleste, en routard de Compostelle.

compostelle-2Pourquoi prendre le Chemin, quand on a déjà éprouvé toutes les marches, toutes les aventures physiques ?  » Je n’avais en réalité pas eu le choix. Le virus de Saint-Jacques m’avait profondément infecté. J’ignore par qui et par quoi s’est opérée la contagion. Mais, après une phase d’incubation silencieuse, la maladie avait éclaté, et j’en avais tous les symptômes.  »

876 kilomètres plus loin, un mois plus tard, après l’arrivée à Santiago, le constat est là.

Comme tous les grands pèlerinages, le Chemin de Saint Jacques de Compostelle est une expérience de désincarnation, il libère du  » tropplein « , mais il est aussi un itinéraire spirituel, entre cathédrales et ermitages, et humain, car chaque rencontre y prend une résonance particulière.

Immortelle randonnée. Compostelle malgré moi
Jean-Christophe Rufin
Gallimard Editions





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Jusqu’à dimanche en Citroën

Jusqu’à dimanche en Citroën

550 vues
14 juin 2019 0

Citroën donne rendez-vous au public jusqu’à demain dimanche 16 juin pour célébrer son centenaire...

Une féria basque à tomber !

Une féria basque à tomber !

554 vues
7 juin 2019 0

Philippe Lauga publie un nouveau polar  » Nuit tragique à la féria « , un...

En Grèce, ça fait Pythie parfois

En Grèce, ça fait Pythie parfois

690 vues
24 mai 2019 0

Des bergers à la peau tannée et des comtesses enfarinées, des chiens en pagaille,...