Foujita, une étoile et des toiles


Dans le cadre de la commémoration des cinquante ans de la disparition de Léonard Tsugouharu Foujita, le Musée de la Toile de Jouy-en-Josas (Yvelines) organise une exposition autour d’une des facettes méconnues de l’artiste : Foujita amateur du textile et de la mode.

Arrivé de Tokyo à Paris en 1913, Foujita se lie très vite avec Picasso.
Et connaît la gloire dès la fin de la Première guerre mondiale avec ses amis de l’« Ecole de Paris » qui traînent du côté de Montparnasse. Il y a là Modigliani, Kisling, Soutine, Derain, Vlaminck, Léger, Matisse…

Son style mi oriental mi occidental en fait un artiste à part et célébré dans le tourbillon des Années Folles. Il voyagera beaucoup à travers le monde jusqu’à sa mort en 1968 en Suisse. Dandy, il cultive une passion pour les textiles et adopte le premier le port de la marinière rayée que Picasso reprendra ensuite.

A l’occasion de cette exposition exceptionnelle, la Fondation Foujita s’est donc tournée vers Armor-Lux, l’entreprise bretonne symbole de la marinière, qui fête elle cette année ses 80 ans d’existence, pour une création originale avec un motif Toile de Jouy intégré en demi-lune à l’intérieur du col et sur la manche au niveau du coude.

Cette marinière a été confectionnée dans les ateliers d’Armor-lux à Quimper en deux coloris différents (Nature/Chianti et Nature/Noir).

Les premiers modèles ont été livrés au Musée pour habiller le personnel et sont en vente au prix de 79 €, en édition limitée, dans le réseau Armor-lux, aux Galeries
Lafayette et dans la boutique du musée.

Le Musée de la Toile de Jouy a été créé en 1977 à l’initiative du maire Jacques Toutain, motivé par le souhait de faire renaître la mémoire de la célèbre « Manufacture des Toiles de Jouy », fondée en 1760 par Christophe-Philippe Oberkampf.

Le Musée, autrefois appelé « Musée Oberkampf », dispose d’un fond d’archives de plus de 30 000 pièces, dédié aux toiles imprimées, très en vogue aux XVIIIème et XIXème siècles.

Le Musée présente actuellement, en plus de « Foujita, l’étoffe d’un peintre », une autre exposition : « Japon & Jouy, dialogues entre Sarasa et indiennes ».

Yves Pouchard

Jusqu’au 13 janvier 2019 au Château de l’Églantine situé 54, rue Charles de Gaulle à Jouy-en-Josas. Ouvert le mardi de 14h à 18h et du mercredi au dimanche de 11h à 18h.
www.museedelatoiledejouy.fr





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Gaudi et Dali, les doigts dans la Lumières

Gaudi et Dali, les doigts dans la Lumières

587 vues
1 mai 2021 0

L’Atelier des Lumières, s’empare de l’œuvre de Salvador Dalí jusqu’au 2 janvier 2022 avec...

Brésil : la lutte acharnée des autochtones contre la covid et l’état

Brésil : la lutte acharnée des autochtones contre la covid et l’état

1180 vues
5 mars 2021 0

Les peuples autochtones du Brésil sont en train d’être décimés par une deuxième vague...

Laisse moi Zoom, zoom , Zen

Laisse moi Zoom, zoom , Zen

1518 vues
6 février 2021 0

Le travail, c’est la santé !… chantait Henri Salvador. Pas sûr dans notre pays....