Quand la Bretagne accueillait ses premiers touristes


Alors que la Bretagne occupe une belle 4ème place dans le tourisme hexagonal, avec plus de 13 millions de visiteurs cette année, quoi de plus instructif et réjouissant que de se retourner sur les débuts de cette histoire d’amour. C’est à ce voyage qu’invite le beau livre de François de Beaulieu « Vacances en Bretagne 1815-1965 ».

Waterloo n’aura donc pas été qu’une défaite car aussitôt la chute de Napoléon, les premiers touristes anglais posèrent le pied sur le continent. Plutôt issus de classes aisées, ils prennent vite possession de la Côte d’Emeraude autour de Dinard dont aujourd’hui encore, les belles villas cossues habillent le paysage.

L’arrivée du train, l’amélioration des routes et la publication de premiers guides en deuxième partie du XIXème siècle ouvrirent la destination Bretagne à une clientèle en quête de bon air et de bains de mer.

La création des congés payés avant guerre et le développement du camping à l’issue du conflit porteront encore une nouvelle clientèle vers l’ouest.

Grand album de souvenirs et livre d’histoire sociale, le « Vacances en Bretagne » de François de Beaulieu invite à regarder les vieux maillots mélangés aux robes de soirée dans les tiroirs de la commode, à ouvrir la boîte de fer où les photographies ont remplacé les biscuits, à feuilleter l’album des cartes postales jamais envoyées…

Avec 255 photos et dessins dont plus de la moitié sont inédits, ces 150 ans de tourisme en Bretagne nous rappellent des temps où un paysan était toujours prêt à offrir un bout de champ pour planter sa tente, où les voitures descendaient sur la plage, où on suçait des glaces à l’eau en regardant passer les bateaux…

bref avant que des comptables ne décident de convertir les vacances en industrie touristique dans les années 60.

Un bien ? Un mal ? Le livre n’est pas là pour ouvrir le débat mais juste pour se souvenir qu’hier, on s’est quand même bien marré ! A marée haute ou basse.

Yves Pouchard

« Vacances en Bretagne 1815-1965 » de François de Beaulieu.
Editions Skol Vreizh. 135 pages. 30€.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Jusqu’à dimanche en Citroën

Jusqu’à dimanche en Citroën

600 vues
14 juin 2019 0

Citroën donne rendez-vous au public jusqu’à demain dimanche 16 juin pour célébrer son centenaire...

Une féria basque à tomber !

Une féria basque à tomber !

583 vues
7 juin 2019 0

Philippe Lauga publie un nouveau polar  » Nuit tragique à la féria « , un...

En Grèce, ça fait Pythie parfois

En Grèce, ça fait Pythie parfois

709 vues
24 mai 2019 0

Des bergers à la peau tannée et des comtesses enfarinées, des chiens en pagaille,...