L’aéroport de Bangkok voit triple


En Thaïlande l’aéroport de Suvarnabhumi, la principale porte d’entrée internationale du pays, a ouvert ses portes en 2006 et a une capacité annuelle de 45 millions de passagers. Mais l’utilisation réelle a atteint 65 millions de dollars alors que de plus en plus de touristes arrivent de l’étranger. Il est temps d’agir …

La Thaïlande réagit avec retard

À l’instar d’autres pays émergents d’Asie du Sud-Est, la Thaïlande est à la traîne en ce qui concerne le développement des infrastructures, notamment aéroportuaires. L’expansion de l’aéroport Suvarnabhumi a été lancée dans le cadre de la campagne promotionnelle menée par le « gouvernement militaire ».

Il faut dire qu’après le coup d’état en 2014, des élections devraient avoir lieu en Mai 2019. L’interdiction des rassemblements publics de plus de cinq personnes est toujours d’actualité, et la junte militaire limite toujours les possibilités de communication des partis politiques. Il faudra donc attendre pour savoir si cet aéroport va enfin connaitre une nécessaire expansion.

Un plan de près de 7 milliards d’euros

La société « Airports of Thailand » (AOT) contrôlée à 70 % par l’état est en fait supervisé par le ministère des finances du pays. La société est bénéficiaire. Le lancement en fanfare du triplement des capacités du plus grand aéroport du pays, s’est accompagné d’une promesse d’investissement de près de 7 milliards d’euros.

Quatre phases de développement

L’expansion s’effectuera en quatre phases, les phases 2 à 5, après lesquelles l’aéroport pourra desservir 150 millions de voyageurs par an. Les portes d’embarquement vont plus que tripler et passer de 157 à 51 actuellement. La phase 2, actuellement en cours, étendra le terminal ouest du terminal passagers et ajoutera un terminal satellite d’un coût d’environ 1,6 milliards d’euros. Ces ajouts, qui devraient ouvrir en 2020, porteront le nombre de portes d’embarquement à 79 et la capacité à 60 millions de passagers.

La capacité sera finalement dépassée par rapport à la demande après la troisième phase de près de 2 milliards d’euros, qui comprendra la construction d’un deuxième terminal connecté à celui existant et d’une troisième piste. On s’attend à ce que Suvarnabhumi soit capable de traiter environ 90 millions de passagers en 2022, lorsque la construction devrait s’achever. On évoque également la construction d’une quatrième piste d’ici 2030.

La conception du nouveau terminal effraie

Le nouveau terminal va être doté d’un vaste revêtement en bois et d’un paysage forestier.

Les forêts tropicales ont inspiré le plan détaillé du bâtiment et l’objectif est de donner aux voyageurs un sentiment unique sur la Thaïlande, a déclaré l’architecte Duangrit Bunnag, âgée de 52 ans, dans une interview. Il a rejeté les préoccupations de l’Institut d’ingénierie de la Thaïlande selon lesquelles la structure pourrait constituer un risque d’incendie.

Avec raison, l’architecte a indiqué : « Les aéroports ont généralement des caractéristiques similaires : ils sont blancs, froids et métalliques. Je voulais un design qui donne immédiatement aux voyageurs le sentiment d’être arrivés en Thaïlande. Ce sera une structure en métal recouverte de bois. Différents traitements peuvent être appliqués au bois pour assurer sa résistance au feu ». Dans tous les cas, le design semble vraiment magnifique.

Le deuxième aéroport de Bangkok continuera de fonctionner

L’aéroport international de Don Mueang, situé à environ 30 km au nord-ouest de Suvarnabhumi, continuera de fonctionner. AOT utilisera Don Mueang pour les compagnies dites low-cost comme AirAsia, Nok Air, Thai Lion Air …

Les agents de sécurité doivent être mieux formés

Les touristes chinois sont très nombreux à venir en Thaïlande. Ils représentent au moins 25 % des arrivées en Thaïlande. Mais ils peuvent déserter la destination sur une simple image. C’est ce qui est arrivé récemment.

Un touriste chinois s’est vu refuser l’entrée dans le Royaume après avoir omis de prouver qu’il avait un logement et de l’argent minimum. C’est une disposition réglementaire que les touristes connaissent peu et qui est demandée rarement.

Un agent de sécurité est intervenu pour emmener le touriste en salle de rétention. Le touriste était énervé et l’agent n’a pas hésité à le gifler violement. La vidéo de l’incident est naturellement devenue virale, attirant la colère d’innombrables personnes en Chine.

Le Premier Ministre est intervenu rapidement, sachant qu’un tel geste peut nuire à la première industrie du pays. Il a indiqué que le gardien de sécurité de Don Mueang aurait dû contrôler son tempérament et gérer le touriste « conformément aux pratiques internationales ».

Le manque de sécurité faire perdre des millions d’euros au tourisme

Les réseaux sociaux ont un impact gigantesque. Ils peuvent en peu de temps détruire une destination. La gifle aura sûrement coûté chère à l’industrie touristique du pays. Un autre événement dramatique à Phuket a eu lieu en Juillet dernier. Un bateau surchargé de touristes chinois a coulé au large de Phuket faisant au moins 50 morts. La tragédie épouvantable a provoqué des répercussions économiques réelles sur les hôtels et les agences avec de très nombreuses réservations annulées.

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Interview exclusive La Quotidienne : Mon Tourisme par l’ambassadeur du Sri Lanka

Interview exclusive La Quotidienne : Mon Tourisme par l’ambassadeur du Sri Lanka

1272 vues
14 décembre 2018 0

Au salon ILTM de Cannes, le Sri Lanka avait réuni sur son stand plusieurs...

Pourquoi le tourisme au Sri Lanka pourrait faire beaucoup mieux

Pourquoi le tourisme au Sri Lanka pourrait faire beaucoup mieux

1867 vues
13 décembre 2018 3

L’industrie du tourisme au Sri Lanka commence à souffrir des conséquences d’une crise politique...

La Thaïlande reprend la balle au bond

La Thaïlande reprend la balle au bond

1312 vues
12 décembre 2018 0

Dans les prochaines semaines, nous allons beaucoup évoquer la Thaïlande. Il s’agit bien sur...