La Blockchain arrive dans le tourisme : La Quotidienne vous dit tout.


Certains médias tourisme qui se prétendent très axés sur les nouvelles technologies ne vous ont sûrement pas encore dévoilé la technologie de la blockchain. Et pourtant, elle va constituer une véritable révolution y compris dans le tourisme. De grands TO notamment le groupe TUI s’y intéressent déjà …

La blockchain en termes simples

Un célèbre mathématicien (Jean-Paul Delahaye) donne une définition simple de la blockchain : il faut s’imaginer « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. »

La blockchain efface les intermédiaires …

Il y a plusieurs définitions de la blockchain mais on vous livre celle très bien expliquée par www.blockchainpartner.fr « La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle« .

Par extension, une blockchain constitue une base de données qui contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis sa création. « Cette base de données est sécurisée et distribuée : elle est partagée par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité de la chaîne. »

Une technologie née du Bitcoin

La première blockchain est apparue en 2008 avec la monnaie numérique « bitcoin ». Elle aurait été développée par un inconnu se présentant sous le pseudonyme Satoshi Nakamoto. La blockchain en est l’architecture sous-jacente. Aujourd’hui de nombreux acteurs (entreprises, gouvernements …) envisagent l’utilisation de la technologie blockchain pour d’autres usages que la monnaie numérique.

TUI a déjà sa blockchain en interne

Le patron du groupe TUI, Fritz Joussen, est très enthousiaste à l’idée d’utiliser cette technologie et de sa capacité à transformer l’industrie du Voyage. Le groupe allemand aurait déjà déplacer ses ressources hôtelières sur une blockchain « interne.

Un investissement somme toute modique

L’investissement de la blockchain de TUI coûterait moins de 1 million d’euros. La blockchain a déjà permis d’économiser sur les coûts informatiques et de back-office. Cela permet au groupe TUI de pouvoir commercialiser ses inventaires d’un marché à l’autre. Mais il ne concerne pour le moment que la partie hôtelière.

TUI va intégrer l’ensemble de ses contrats hôteliers

Tous les contrats hôteliers vont donc être logés sur la blockchain interne. Celle-ci sera intégrée à son PMS (Property Management Systems) de façon à vendre les chambres sur le canal de distribution souhaité.

Pour rappel, la plupart des hôtels utilisent un PMS. Cela leur permet non seulement de vérifier le remplissage, d’adapter les prix mais également d’alimenter les bases de ses distributeurs comme Booking ou Hotels.com.

La blockchain va constituer une nouvelle désintermédiation

TUI a modifié sa stratégie et investit de plus en plus dans l’hôtellerie et la croisière. Le groupe ne possède pas encore de stocks suffisamment importants pour commercialiser directement via sa blockchain.

Cela viendra tôt ou tard, et à partir de là, TUI pourra commercialiser directement sur certains marchés et sans aucun intermédiaire. La blockchain constituera une menace grave pour les nombreuses entreprises qui agissent en tant qu’intermédiaires transactionnels. Le personnel ne sera pas également épargné : La blockchain ouverte à l’extérieure ne nécessitera que peu de collaborateurs pour commercialiser les chambres.

Les start-ups qui développent sur la blockchain gagnent du terrain

« En 2013, 330 millions de dollars ont été investis dans des entreprises qui travaillent sur des blockchains. Ce chiffre est passé à 550 millions de dollars en 2014, pour dépasser le milliard de dollars en 2015 » constate Kary Bheemaiah, économiste doctorant à Grenoble École de Management.

Et c’est sans compter les dépenses de « Recherches et Développements » internes des grands groupes.

Les banquiers ont été parmi les premiers à s’y intéresser

Selon de nombreux spécialistes la blockchain a de forts risques de modifier le paysage bancaire. Peu de gens pariaient sur le succès du Bitcoin. « A l’origine, il s’agissait de mettre au point un système permettant des transactions en ligne sûres, garantissant que l’argent d’un paiement n’avait pas déjà été dépensé, justement sans recourir aux institutions financières ».

On imagine sans peine qu’une structure puisse proposer des services meilleurs et moins chers que ceux des banques traditionnelles en utilisant la blockchain.

Les grandes banques sur le pied de guerre

Mais les grandes banques comptent également sur la blockchain pour faire des économies internes. La banque Santander attend de 15 à 20 milliards de dollars d’économies par an d’ici à 2022 pour tout le secteur (avec notamment la baisse des coûts d’infrastructures en matière de paiements internationaux, de trading et de mise en conformité réglementaire). « 

Une récente ordonnance de Bercy ouvre même la voie à l’expérimentation d’un registre blockchain en France. Elle pourrait fluidifier le financement des PME en décentralisant le marché des émissions d’obligations de faible montant. »

Certains secteurs vont être plus touchés que d’autres

« De façon générale, des blockchains pourraient remplacer la plupart des « tiers de confiance » centralisés (banques, notaires, cadastre …)
par des systèmes informatiques distribués. ».

En fait, même des sociétés issues de l’économie collaboratives comme Airbnb pourrait être touchée….

Vous voulez en savoir davantage ?
Vous pouvez regarder les explications de Claire Balva lors d’une conférence à Lyon de Tedx Talks : https://youtu.be/JID9c-MABis
ou une conférence au World Economic Forum : https://youtu.be/6WG7D47tGb0 et une étude sur le tourisme :
http://blockchainpartner.fr/industrie-du- tourisme-et- blockchain-notre-etude/

Serge Fabre





    1 commentaire pour “La Blockchain arrive dans le tourisme : La Quotidienne vous dit tout.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

NDC, une norme qui a encore de l’avenir ?

NDC, une norme qui a encore de l’avenir ?

2191 vues
16 novembre 2017 0

Au travers de cette chronique, nous avons voulu faire le point sur la norme...

Eurostar désormais accessible sur Cockpit Aerticket

Eurostar désormais accessible sur Cockpit Aerticket

1088 vues
10 novembre 2017 0

Acteur majeur en Europe de la vente de billets d’avions auprès des agences de voyages...

Odigeo en passe d’être vendue ?

Odigeo en passe d’être vendue ?

1913 vues
8 novembre 2017 1

Odigeo (Go Voyages, Opodo, e-Dreams) a traversé plusieurs années avec de graves difficultés financières....