Une Archéologie en Bulles au Louvre


Cette exposition de la Petite Galerie du Louvre présente en quatre salles et plus d’une centaines de planches comment l’archéologie et ses grandes découvertes ont inspiré les auteurs et dessinateurs de bandes-dessinées. Dans les pas des grands explorateurs du temps grâce aux techniques de héros de BD.

La nouvelle exposition de la Petite Galerie

Depuis le 26 septembre dernier, la Petite Galerie — l’espace d’éducation artistique et culturelle du musée — , propose à son public une exposition qui fait dialoguer l’archéologie et la bande dessinée, art invité pour cette quatrième édition. Une centaine d’œuvres, une sélection de planches d’auteurs inspirés par l’archéologie (comme Jul, Enki Bilal, Nicolas de Crécy…) permettront au public de se glisser dans les pas des curieux, amateurs et archéologues, de découvrir fortuitement des «trésors», d’exhumer des objets enfouis à différentes époques, de les classer puis d’essayer de les interpréter.

Toutes ces étapes sont l’occasion de montrer en quatre salles et quatre thématiques, comment le 9e art s’approprie, entre réel et fiction, les découvertes archéologiques à l’origine des collections du Louvre :

– Artistes et archéologues. La figure de l’archéologue professionnel émerge avec les missions du XIXe siècle. Dessins, relevés, publications deviennent alors ses outils. L’archéologue, comme le dessinateur de bandes dessinées, utilise le carnet de croquis pour fixer objets, sites ou personnages d’études. La BD, toutefois, met en scène des reporters, des détectives ou des aventuriers en lieu et place de notre savant.

– Trésors archéologiques. L’histoire de l’archéologie est ponctuée de découvertes extraordinaires et inattendues.

Pour l’archéologue, le mot «trésor» revêt cependant une signification particulière : des pièces d’orfèvrerie enfouies intentionnellement pour échapper à une catastrophe naturelle ou un conflit ou, comme dans l’Orient ancien et l’Égypte des pharaons, le dépôt volontaire d’un ensemble d’objets consacrés à une divinité notamment pour la fondation d’un sanctuaire.

La BD aime mettre en scène les moments de ces découvertes fortuites ou non, en montrant ses héros en quête de trésors ou de civilisation disparues.

Jusqu’au 1er juillet 2019
Musée du Louvre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Hugo Pratt, vers les lignes d’horizons

Hugo Pratt, vers les lignes d’horizons

175 vues
9 mars 2019 0

Embarquez pour un tour du monde et traversez l’univers d’Hugo Pratt. Cet artiste qui...

Thabrate façon Badr El Hammami

Thabrate façon Badr El Hammami

172 vues
9 mars 2019 0

Badr El Hammami explore le concept de frontières à travers un ensemble d’installations, textes,...

À la maison Folie Moulins, on reprend des Couleurs

À la maison Folie Moulins, on reprend des Couleurs

179 vues
9 mars 2019 0

Une exposition immersive pour (res)sentir la couleur, pour les petits comme pour les grands....