Tahiti, Tuamotu, Equateur, méridien


Au XIXe siècle, les premiers bourlingueurs de la littérature, Melville, Loti, Stevenson, Adams et le peintre Gauguin, viennent dans les eaux polynésiennes. C’est l’âge d’or de la littérature océanienne qui se poursuit jusqu’au début du XXe siècle avec Segalen et London.

Tous contribuent à faire de cet espace des antipodes un lieu de mémoire privilégié des Européens.

C’est pourquoi Le Voyage en Polynésie trace en reflet un second sillage qui traverse l’histoire de l’Europe jusqu’à l’occidentalisation du monde.

Le récit tahitien se distingue entre tous. A la fin du XVIIIe siècle, il soulève un étonnant engouement dans tous les pays d’Europe, changeant le regard des lecteurs sur le monde.

« Jusqu’à cette lecture j’avais pensé qu’on n’était nulle part aussi bien que chez soi « , dit Diderot, résumant ainsi le sentiment général.

Le Voyage en Polynésie
de Jean-Jo Scemla





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Et Christophe Colomb découvrit … l’intelligence artificielle

Et Christophe Colomb découvrit … l’intelligence artificielle

722 vues
9 octobre 2020 0

Alors que la (re) découverte des Amériques, covid-19 oblige, est fermée au tourisme pour...

Le triomphe dans la bonne ville

Le triomphe dans la bonne ville

771 vues
4 septembre 2020 0

Quatre ans à travers le monde sur une Triumph Tiger 100 de 73 !...

Légendes de la mythologie nordique

Légendes de la mythologie nordique

1182 vues
3 juillet 2020 0

Au pays du froid et des brumes, dans le vent furieux qui arrache la...