Soibaha, Tambati et Ali : trois mahorais porteurs d’initiatives


La Quotidienne poursuit son étude « Grand Angle » sur le tourisme à Mayotte avec aujourd’hui une rencontre avec quelques personnalités clés de l’archipel.

Mayotte recèle de sites magiques aux noms évocateurs à même de faire rêver les voyageurs.
Îlots Choizil, plages de N’gouja, Sakouli, Mont Choungui… la liste n’est pas exhaustive et vous incite doucement à glisser dans des parfums d’épices, de vanille ou d’ylang-ylang.

Mais on l’a vu, derrière la carte postale, le désormais 5éme département français d’Outre-mer est confronté à de sérieuses difficultés pour développer le tourisme alors que son lagon de 1400 km², sa double barrière de corail, ses baleines à bosse, dauphins et autres tortues marines constituent désormais le second Parc Naturel Marin français.

La structuration du tourisme rural et le soutien aux micro-projets portés par des locaux, individus ou associations, font parties des axes de travail de Michel Ahamed et de son équipe du CDTM.

A l’évidence, outre la nécessaire implication de toutes les franges de la population, le tourisme dans cette destination du bout du monde a besoin de s’appuyer sur les traditions séculaires, l’environnement , le rythme de vie et la culture des mahorais.

Certains l’ont compris. Et proposent déjà, à leur humble niveau parfois, des prestations à même de proposer des produits à destination d’une clientèle à la recherche d’authenticité, de nature et d’échanges.

« Tobé Lodges » à Dembeni : une aire naturelle de camping au cœur de l’ île

Les journées de Soibahaddine Chanfi sont toujours bien chargées à l’image de celles de ces pluriactifs qui font les saisons dans les stations de ski ou balnéaires de l’hexagone. Exploitant agricole sur un terrain de 62 hectares au centre de l’île, agent territorial au Conseil Général et gestionnaire d’une aire naturelle de camping sur la commune de Dembeni: pour ce chantre du tourisme durable et de la biodiversité, les journées ne sont jamais assez longues pour convaincre que Mayotte se doit de développer aussi cette forme de tourisme.

Soibaha a travaillé durant 8 ans en métropole avant de revenir sur ses terres. Là bas, en région Rhône-Alpes, il s’est mesuré aux problèmes de développement touristique en milieu montagnard et à ceux liés à l’enclavement. Il est convaincu que « le mahorais doit être le premier touriste de son territoire ! »

« Vous savez, des gamins de Mamoudzou viennent ici et ne savent pas faire la différence entre une grosse goyave et une orange ! Alors… »

A sa façon, il entend contribuer modestement à l’aventure et a ouvert Tobé Lodges -du nom des anciens villages en hauteur- sur deux hectares de son exploitation consacrée principalement aux arbres fruitiers ainsi qu’ à  l’élevage de poules et lapins.

On trouve là en fait trois bungalows hétéroclites et camouflés de toile, un petit chalet et un espace « accueil-animation-repas ».
Niché au cœur d’une végétation luxuriante, Tobé Lodges peut recevoir des groupes de 25 personnes et offre l’accès à pas moins de 30 randonnées sur l’île.

M.Chanfi a encore beaucoup d’aménagements à apporter à son aire naturelle de camping. Il regrette simplement le manque cruel d’accompagnement sur le terrain pour les porteurs de petits projets comme le sien.
Et puis surtout, il dénonce l’espèce de racket officiel dont sont victimes selon lui tous les petits opérateurs qui, à Mayotte, veulent investir et aménager.
« Détaxer tout ce que l’on doit faire venir, c’est un fait. Mais à quel prix ? Certains produits de base voient leurs prix multipliés par trois par rapport à la métropole. L’État ou la collectivité territoriale devraient pouvoir nous aider, c’est une question d’équité… et de survie ! » nous a t’ il expliqué en évoquant son projet d’installation de chauffe-eau solaires.

Autre cheval de bataille de Soibaha, le développement de la filière agro-alimentaire.
Là aussi, il incite à une réflexion sur la production et la transformation. Afin que les touristes puissent repartir avec dans leurs bagages des produits de Mayotte, et que ces derniers se retrouvent aussi sur la table dans les cantines scolaires de l’ île.

« Santal Logis » à Bouéni: une histoire de femme(s) et de tradition(s)

Mayotte, c’est un petit territoire de 376 km² composé en fait d’une vingtaine d’ îlots et de deux îles principales, Petite Terre et Grande Terre. Lesquelles sont reliées entre elles par un service de barges dont les navettes rythment autant le quotidien des habitants que l’activité économique.

Une chose est sûre:  où que vous vous trouviez ici, tout le monde la connait. Prononcez simplement son prénom, et les visages de vos interlocuteurs s’illuminent. Taambati, Mme Moussa pour l’état civil, œuvre depuis 25 ans pour la mise en valeur du patrimoine mahorais et la transmission d’un savoir-faire généralement détenu par les femmes.
MAYOTTE 2 018

C’est donc tout logiquement depuis un quart de siècle et à travers plusieurs associations dont elle est à l’origine, qu’elle s’est appuyée sur les femmes de Mayotte pour relancer la broderie, la poterie ou la vannerie.
« De la sorte, on sauvegardait des traditions et des techniques qui se perdaient tout en permettant aux femmes d’accéder à une certaine autonomie ».

Ousarouma (traduisez Les Créateurs), M’Sindzano (Masque de beauté), Ouzouri wa m’troumche, Waili wa veinzanao ….. autant de noms d’associations marquées peu ou prou de l’empreinte de Taambati Moussa.
Des lieux de rencontres magiques pour apprendre à rendre les femmes plus belles en leur révélant les secrets de l’application des masques au bois de santal !
Ou encore meilleure cuisinière en leur faisant préparer le Mataba (des feuilles de manioc pilées avec l’oignon, de l’ail, le tout bouilli dans du lait de coco…), le plat traditionnel mahorais.

Alors bien sûr Taambati aurait pu se satisfaire de cela. Et de son rôle d’ambassadrice de Mayotte lors de salons, foires et autres expositions organisées à Paris, à Maurice, Rodrigue ou La Réunion.

Avec son mari, elle a créé il y a dix ans déjà l’une des premières chambres d’hôtes du sud de l’île.

Jusque là, seuls quelques métros en quête de reconversion et de retour à la nature proposaient ce genre de prestation.
Au Santal Logis, un « 2 Ylangs » de 5 chambres situé à Boueni (qui signifie « femme » en shimaoré), les clients bénéficient à la demande de la meilleure des cuisines locales mais aussi de soins et massages qui ont fait leurs preuves depuis des centaines d’années.

On le devine dés le premier regard. Taambati est une battante, qui croit en son île. Alors lorsqu’on lui demande ce qu’il manque pour que le tourisme prenne enfin son essor ici, ses yeux s’illuminent.
« Bien sûr, comme tout le monde a déjà du vous le dire, il faut des structures hôtelières pour recevoir des groupes. Mais aussi des auberges de jeunesse, des maisons de pays pour proposer des produits locaux, des écomusées mettant en valeur le patrimoine. »

Et elle insiste surtout sur la nécessaire et indispensable mise en place de formations pour les jeunes !

« Nourhach » à Tsimkoura: un label « Ylang » au parfum de Corrèze

A quelques kilomètres de Bouéni en remontant vers Mamoudzou et le nord vous croiserez le village de Tsimkoura dont la particularité est de compter un quartier appelé « Ma petite Corrèze ». C’est le fief d’Ali Djinouri, le responsable des Gîtes et Chambres d’Hôtes de Mayotte.

A l’évidence, ce jeune commercial a été favorablement marqué par les cinq années qu’il a passé en Corrèze, le temps d’obtenir Bac Pro et BTS en Forces de Ventes.
Rentré au pays, il s’est lancé avec son épouse dans un projet de chambres d’hôtes, persuadés qu’ils étaient de l’avenir ici de cette formule qui connait un réel engouement en métropole et surtout en milieu rural.

De l’achat du terrain à la construction de la maison, toutes les étapes ont été parsemées d’embûches. « D’autant que tous les mahorais qui ont envie d’accueillir des touristes et qui ne sont pas des professionnels du tourisme ne sont absolument pas accompagnés ou soutenus » explique Ali.

Ouverte en 2010, Norhach a connu de bons débuts avant de subir le contrecoup des évènements de 2011.
« Et aujourd’hui, on se pose des questions ! » avoue celui qui préside aux destinées du groupement départemental de propriétaires de gîtes et chambres d’hôtes.

« A ce jour, 23 structures sont labellisées sur un total d’environ 60. Avec un classement en Ylangs qui s’inspire directement de celui en Épis des Gîtes de France » résume M.Djinouri.
Ses 4 chambres d’hôtes dotées de climatisation, accès Wifi et Tv satellitaires, sont classées  4 Ylangs. Et ne sont proposées que via un site internet car il manque une plateforme de réservation…
MAYOTTE 1 001

 

 

 

 

 

 

 

En fait, Ali se pose la question de savoir si les élus mahorais ont bien compris les enjeux de la politique touristique.
« Et puis, il est temps maintenant de définir les responsabilités des uns et des autres, mais également le rôle des communes. Car tout reste à faire : améliorer l’accès aux plages et leur propreté, et surtout les sécuriser ! »

Et tout cela ne pourra passer que par la prise de conscience des décideurs et l’implication de la population.

 

De Mayotte pour La Quotidienne,
Jean BEVERAGGI





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Merci Papa !

Merci Papa !

1419 vues
6 juillet 2021 0

Frank Rainieri et le conseil d’administration de Grupo Puntacana viennent de nommer Frank Elías...

Ponant change de Direction  !

Ponant change de Direction !

1432 vues
10 juin 2021 0

Ponant réorganise sa direction commerciale. Nicolas Bilek quitte le groupe après huit années, il...

Les Seniors du tourisme ont un nouveau grand patron

Les Seniors du tourisme ont un nouveau grand patron

1305 vues
7 juin 2021 0

C’était acté. Michel Messager ne serait plus le président de l’association Française des Seniors...