Rouge – Art et utopie au pays des Soviets


L’exposition Rouge. Art et utopie au pays des Soviets présente un ensemble de plus de 400 œuvres conçues dans un contexte social et politique particulier. Son parcours chronologique commence en 1917 avec la révolution d’Octobre et se termine en 1953, année de la mort de Staline.

Elle interroge la manière dont le projet de société communiste a engendré des formes d’art spécifiques. Des années 1920, marquées par un grand nombre de propositions d’avant-garde, aux années 1930 qui voient l’affirmation d’un dogme esthétique, le parcours aborde tous les domaines des arts visuels : peinture, sculpture, architecture, photographie, cinéma, design, arts graphiques avec des œuvres, pour la plupart jamais montrées en France.

Les artistes tels que Rodtchenko, Malevitch, Klutsis … ont voulu accompagner par leurs œuvres l’édification du socialisme et contribuer à la transformation du mode du vie des masses. C’est cette histoire, ses tensions, ses élans comme ses revirements que relate l’exposition en posant la question d’une possible politisation des arts.

Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais et le Centre Pompidou Musée national d’art moderne.

Au Grand Palais
A partir du 20 mars 2019





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Bientôt le marathon international de Santa Cruz

Bientôt le marathon international de Santa Cruz

84 vues
19 octobre 2019 0

« Courir un marathon sur l’île de Tenerife, c’est découvrir une belle fête de...

Lita Albuquerque @American Center for Art and Culture

Lita Albuquerque @American Center for Art and Culture

84 vues
19 octobre 2019 0

Jusqu’au 10 novembre 2019, l’American Center for Art and Culture présentera l’installation multimédia de...

Les Canons de l’élégance au musée de l’Armée

Les Canons de l’élégance au musée de l’Armée

86 vues
19 octobre 2019 0

Entre fureur belliqueuse et aspiration militaire à la beauté, le lien n’est pas toujours...