Mary Cassatt, son portrait tout craché


Mary Cassatt a été considérée de son vivant comme la plus grande artiste américaine, même si elle a vécu près de soixante ans en France. C’est d’ailleurs la seule peintre américaine à avoir exposé avec le groupe des impressionnistes à Paris.

Mary Cassatt naît le 22 mai 18443 à Allegheny City, qui fait actuellement partie de Pittsburgh en Pennsylvanie. C’est le quatrième enfant de Robert Simpson Cassat (puis Cassatt) et de Katherine Kelso Johnston. La famille Cassatt est une vieille famille américaine issue d’émigrés français arrivés aux États-Unis en 1662 : les Cossart. Tout en revendiquant cette filiation et reconnaissant que sa mère Katherine a reçu une éducation française, langue qu’elle parlait couramment, Mary Cassatt se sent profondément américaine.

Elle est âgée de sept ans environ lorsqu’elle quitte les États-Unis pour l’Europe avec ses parents. En 1860, elle entre à l’Académie des beaux-arts de Pennsylvanie où elle apprend les rudiments de son art.

Mary Cassatt n’a cessé de naviguer entre deux continents et cette dualité culturelle se répercute sur le style singulier de l’artiste.

En 1890, la visite d’une exposition sur la gravure japonaise est l’occasion pour elle d’un infléchissement dans son art. Mary tombe en admiration devant les œuvres d’Utamaro et de Toyokuni.

Si l’esthétique de l’estampe japonaise l’influence fortement, elle n’adopte pas la technique de la xylographie, caractéristique de ces productions extrême-orientales. Elle leur préfère les techniques de taille-douce et pratique la pointe sèche, l’eau-forte et l’aquatinte. Son talent pour cette dernière technique, extrêmement difficile, lui vaut une grande admiration de ses confrères.

Lors de sa première exposition particulière chez Durand-Ruel en 1891, elle expose dix de ses eaux-fortes. Celle-ci sera suivie de quatre autres chez Durand-Ruel, et chez Ambroise Vollard. Ses œuvres s’exposent aussi aux États-Unis : New York (1895-1903) et au Royaume Uni : Manchester (1907).

Amie d’Edgar Degas, elle est souvent rattachée à l’impressionnisme, qui aura une grande influence sur son œuvre. Ses peintures, ses gravures et ses dessins de maturité doivent cependant plutôt être comparés à ceux produits par la génération de peintres post-impressionnistes : Toulouse-Lautrec ou encore les Nabis, avec qui elle partage un net intérêt pour les peintres et graveurs de l’ukiyo-e, période du japonisme.

Mary Cassatt est inscrite au National Women’s Hall of Fame. Un jardin public a été nommé en son hommage à Paris : le jardin Mary-Cassatt, dans le 12e arrondissement de Paris





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Le premier festival de Yoga en Corse

Le premier festival de Yoga en Corse

562 vues
22 mai 2020 0

Précurseur, le Porto-Vecchio Festi Yoga est le premier festival de yoga en Corse à...

Même confiné, le patrimoine culturel africain est en danger

Même confiné, le patrimoine culturel africain est en danger

617 vues
8 mai 2020 0

« Alors que nous vivons une période de crise, d’angoisse et d’incertitude, le patrimoine...

Napoléon à Sainte-Hélène : le confinement le plus célèbre de l’histoire

Napoléon à Sainte-Hélène : le confinement le plus célèbre de l’histoire

715 vues
24 avril 2020 0

Confiné et confinement : deux mots jusqu’alors peu usités que nous n’aurons jamais tant...