Lourdes poursuit son chemin de croix


Lourdes est une ville du sud-ouest de la France, au pied des Pyrénées, connue dans le monde entier pour les sanctuaires Notre-Dame de Lourdes, ou le Domaine, un site de pèlerinage catholique. Chaque année, des millions de personnes visitent la grotte de Massabielle où, en 1858, la Vierge Marie serait apparue à une jeune fille : Bernadette Soubirous. Les pèlerins peuvent boire ou se baigner dans l’eau qui coule d’une source dans la grotte.

Le rocher et les apparitions

Toucher le rocher représente l’accolade de Dieu, solide comme le roc. En remontant l’histoire, on s’aperçoit que les grottes ont toujours servi d’abri naturel et marqué l’imagination des hommes.

Ici à Massabielle, comme à Bethléem et au tombeau de Gethsémani, la roche de la Grotte a aussi abrité le surnaturel. Sans avoir jamais étudié, Bernadette le savait, instinctivement. “ C’était mon ciel ”, voilà ce qu’elle disait à propos de cette Grotte.

Face à cette masse rocheuse, vous êtes aussi invités à passer à l’intérieur ; voyez comme le roc est poli, luisant du frottement de milliards de caresses. En passant, prenez le temps de regarder la source intarissable, au fond à gauche.

Quand on raconte les apparitions, Bernadette est souvent présentée comme une fille pauvre, malade et ignorante, logée misérablement au Cachot. Sans doute, mais il n’en a pas toujours été ainsi.

Lorsqu’elle naît le 7 janvier 1844, au Moulin de Boly, elle est le premier enfant, l’héritière, de François Soubirous et Louise Castérot qui se sont mariés par amour. Bernadette grandit dans une famille unie où l’on s’aime et où l’on prie. Dix ans de bonheur en ces années décisives de son enfance qui vont forger sa forte personnalité et lui donner un bel équilibre.

Les apparitions débutent le 11 février 1858. Pour aider ses parents, Bernadette se chargeait notamment d’aller chercher du bois mort sur les berges du Gave. La voici confrontée au mystère. Un bruit « comme un coup de vent », une lumière, une présence.

Elle raconte les apparitions avec exactitude, sans rien ajouter ni retrancher. Une seule fois, effrayée par la rudesse de l’abbé Peyramale, elle ajoute un mot : « Monsieur le curé, la Dame demande toujours la chapelle… même « toute petite ». » Dans son Mandement sur les Apparitions, Mgr Laurence souligne « la simplicité, la candeur, la modestie de cette enfant… elle raconte tout sans affectation, avec une ingénuité touchante… et, aux nombreuses questions qu’on lui adresse, elle fait, sans hésiter, des réponses nettes, précises, empreintes d’une forte conviction ».

Bernadette meurt à Nevers, le 16 avril 1879, à l’âge de 35 ans. L’Église l’a proclamée sainte le 8 décembre 1933, non pour avoir été favorisée des apparitions, mais pour la manière dont elle y a répondu.

www.lourdes-france.org/





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

La culture biélorusse – une tradition à la rencontre du XXIème Siècle

La culture biélorusse – une tradition à la rencontre du XXIème Siècle

569 vues
21 juin 2019 0

La culture en Biélorussie est relativement difficile à définir car elle est le fruit...

Jacques Garcia redécore Chambord

Jacques Garcia redécore Chambord

576 vues
14 juin 2019 0

Chambord fête cette année son 500 ème anniversaire. C’est en effet le 6 septembre...

Bordeaux fait encore bouger les lignes

Bordeaux fait encore bouger les lignes

710 vues
7 juin 2019 0

C’est reparti pour une nouvelle édition de Bordeaux Fête le Fleuve avec, du 20...