L’Espace, la prochaine destination Voyages


Le tourisme spatial a le vent en poupe ces temps-ci. On connaissait déjà Virgin Galactic et son projet de Navette de l’espace (qui prévoit de un lancement en 2020) ainsi que Bloon, la montgolfière intersidérale, qui propose (pour quand même près de 110 000 euros), de découvrir la terre à 30 kilomètre de haut, soit carrément aux frontières de l’espace.

Les dirigeants de la société souhaitent en effet offrir un vol de deux heures dans l’espace proche à l’aide d’un ballon stratosphérique modifié pour tracter une nacelle et ses passagers à bord qui pourront ensuite profiter d’une demi-journée de détente.

Bel exemple d’opportunité au vu du buzz énorme dont a bénéficié Virgin Galactic, des pré-commandes déjà engrangées et de l’absence d’une concurrence crédible sur ce créneau.

Des difficultés à régler

Les moyens de propulsion ne sont guère efficaces pour faire de longs trajets. A titre de comparaison il faudrait environ six mois pour rejoindre Mars et y atterrir avec la technologie contemporaine; le trajet jusqu’à Pluton prendrait plus de quinze ans.

Depuis le vol de SpaceShipOne en 2003, plusieurs entreprises ont le projet d’envoyer des touristes dans l’espace5 : Armadillo Aerospace, Bigelow Aerospace, Blue Origin, da Vinci Project, Excalibur Almaz, Galactic Suite, PlanetSpace, Reaction Engines Limited, Rocketplane Kistler, Rotary Rocket, XCOR Aerospace.

bloon2

C’est donc de Paragon Space Development Corp, une société spécialisée dans le développement de l’espace, qu’est venue l’idée de proposer aux touristes des sensations exceptionnelles pour un coût, selon les responsables, » d’un tiers du coût actuel du SpaceShipTwo suborbital de Virgin Galactic« .

» Nous n’irons pas aussi haut que Virgin Galactic (30 km au lieu des 100 km du Spaceship de Richard Branson, ndlr), mais les touristes n’auront pas physiquement les inconvénients d’un vol sur-orbital. il y aura peu de sensation de micro-gravité » explique Jane Poynter, la présidente et co-fondatrice de Paragon.

Le confort et la sécurité sont donc les critères privilégiés : pas (ou peu) d’état nauséeux, de nombreux systèmes de sécurité de pointe pour garantir l’intégrité des passagers (Bloon n’utilise aucune forme de carburants fossiles, mais simplement l’hélium contenu dans son ballon) ainsi qu’aucune pollution causée par le vol.

» Vous pouvez être tranquillement assis là-haut avec une boisson à la main en regardant le spectacle extraordinaire de la Terre en dessous de vous et la noirceur de l’espace en face et au dessus».

L’attention a été tout particulièrement porté aux hublots, fenêtres et panneaux multiples qui peuvent bien sûr résister à de fortes pression mais aussi offrir une vue imprenable alentour.

La société prévoit de lancer dans un proche avenir ses montgolfières de plusieurs endroits à travers les Etats-Unis et par la suite dans le monde entier.

Mais l’avenir est en marche…





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Quand le bâtiment va, tout va … Façon John Zukowsky

Quand le bâtiment va, tout va … Façon John Zukowsky

1057 vues
27 novembre 2020 0

Dans un voyage passé, présent ou à venir, le souvenir, le plaisir immédiat, le...

Comment Cologne a été mise au parfum

Comment Cologne a été mise au parfum

733 vues
20 novembre 2020 0

Cologne a été fondée il y a 2 000 ans. C’est l’une des plus...

Rockabilly boogie : le Japon a la banane

Rockabilly boogie : le Japon a la banane

778 vues
6 novembre 2020 0

Le rockabilly arrive vers 1958 au Japon. Juste après le traumatisme d’Hiroshima et Nagazaki....