Le Canal du Midi, au fil du Pays Cathare


De Toulouse à la Méditerranée, sur plus de 200 kilomètres, le canal du Midi creuse son sillon entre joyaux de l’art roman, citadelles du pays cathare et ouvrages d’art exceptionnels.

Ouvrage d’art exceptionnel, considéré par ses contemporains comme le plus grand chantier du xviie siècle, le canal du Midi révolutionne le transport fluvial et la circulation dans le Midi de la France de l’Ancien Régime.

Le défi, relevé par Pierre-Paul Riquet, son concepteur, fut d’acheminer l’eau de la montagne Noire jusqu’au seuil de Naurouze, le point le plus élevé du canal. Colbert autorise le début des travaux par un édit royal d’octobre 1666. Supervisé par Pierre-Paul Riquet, le chantier dure de 1666 à 1681, sous le règne de Louis XIV.

Lorsque Colbert devient ministre du roi Louis XIV, il voit en Pierre-Paul Riquet et son projet une façon de mener une politique d’expansion économique au service de l’absolutisme en Languedoc. En effet, Riquet se propose pour mettre en place la gabelle et pour construire le canal du Midi.

Ainsi, la construction du canal permettrait de créer un passage direct entre la mer Méditerranée et l’Atlantique sans passer par le détroit de Gibraltar contrôlé par les Espagnols, le but étant de ruiner le commerce espagnol et de mettre en place un flux commercial à travers le Languedoc.

À travers le canal du Midi, Colbert espère diffuser les matières premières dans les différentes régions du Midi, renforcer le pouvoir royal et désenclaver Toulouse et sa région.

Le canal du Midi est l’un des plus anciens canaux d’Europe toujours en fonctionnement. Depuis 1996, il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Au fil du pays carthare

En 1659, Louis XIV signa avec le royaume d’Espagne le traité des Pyrénées, scellé par son mariage avec l’infante Marie Thérèse. Ce traité modifia les frontières en donnant le Roussillon à la France.

La frontière recula donc sur la ligne de crête des Pyrénées, actuelle frontière franco-espagnole. Les différentes forteresses perdirent alors leur importance stratégique. Certaines conservèrent une petite garnison encore quelque temps, parfois jusqu’à la Révolution, mais elles tombèrent lentement dans l’oubli, devenant bien souvent des abris de bergers ou des repaires de brigands.

Les cathares n’ont rien bâti, mais ils ont écrit. De leurs livres de foi, qui furent nombreux, plusieurs ont réchappé aux destructions. De beaux manuscrits médiévaux qui constituent le véritable patrimoine écrit d’une Église dissidente.

Un afflux de touristes du monde entier

Le canal du Midi est essentiellement utilisé par le tourisme, les loisirs et le logement. Il attire ainsi de plus en plus un tourisme fluvial, naviguant sur des bateaux de location, des bateaux-restaurants ou des bateaux-promenades.

Ce tourisme s’est développé à partir des années 1960 sous l’impulsion de Britanniques puis a explosé dans les années 1980. Plus fréquenté que la Seine, il assure à lui seul un cinquième du tourisme fluvial français, et 80 % des passagers sont étrangers, essentiellement des Allemands, des Suisses et des Britanniques.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Qui de Séraphine ou du Douanier Rousseau ?

Qui de Séraphine ou du Douanier Rousseau ?

483 vues
20 septembre 2019 0

À la rentrée, le Musée Maillol accueille plus d’une centaine d’œuvres issues du monde...

A Moto un grand Bol d’air en Or

A Moto un grand Bol d’air en Or

636 vues
13 septembre 2019 0

Le Bol d’Or, mythique course internationale moto de vingt quatre heures, se déroulera sur...

Des Bugatti de rêve depuis déjà 110 ans

Des Bugatti de rêve depuis déjà 110 ans

858 vues
6 septembre 2019 0

En 2019, Bugatti fête ses 110 ans. Une histoire riche et haute en couleurs...