La guitare, une poêle qui tient toujours la corde


La guitare, à la mode à la fin du 18ème siècle. commence timidement dans les orchestres de bal et prend son ampleur avec le jazz dans les années 30. Elle conquiert les grands espaces grâce à son électrification, à l’après-guerre.

Jouée par Louis XIV, la guitare connait une grande vogue au 17e siècle. Délaissée, elle renaît dans les années 1780 qui voient se transformer l’instrument, passant de 5 doubles cordes à 6 cordes simples.

La guitare est la version européenne la plus courante de la catégorie organologique des luth-boîte à manche.

Elle se différencie des instruments similaires (balalaïka, bouzouki, charango, luth, mandoline, oud, théorbe, ukulele) principalement par sa forme, et secondairement par le nombre de cordes et leur accord le plus habituel.

Des variantes de guitare sont appelées, régionalement, par des noms particuliers : viola, violão, cavaco et cavaquinho (Brésil) ; tiple et requinto (Amérique latine)…
.
Elle fait fureur dans les salons bourgeois. De nombreux compositeurs, tels Berlioz, s’y intéressent.
L’instrument subit aux 19e et 20e siècles de nombreuses transformations.

Le luthier espagnol Antonio de Torres donne à la guitare la forme et les dimensions de la guitare classique actuelle. De nombreuses déclinaisons ont été créées au xxe siècle à partir de cette guitare Torres.

Christian Frederick Martin, un luthier allemand émigré en 1833 aux États-Unis, crée une ligne d’instruments qui, après le retour aux cordes métalliques au début du xxe siècle, est à l’origine des guitares folk.

Dans le même pays, la firme fondée par le luthier Orville Gibson adopte la forme convexe du violon, avec un cordier séparé du chevalet.

La guitare prend place dans les orchestres de bal musette, même si le banjo lui vole encore la vedette avec sa sonorité puissante.

Puis, les luthiers développent la guitare électrique : caisse de résonance, cordes métalliques, micros. Avec l’électrification, la guitare accède plus facilement au rôle de soliste.

L’amplification électronique, naît avec l’invention de lampe triode en 1906 mais ne se propage vraiment que dans les années 30, principalement entre les mains de jazzmen américains tels Charlie Christian (Photo ci-contre).

C’est l’ère des guitares électriques Gibson (modèle ES 150 et son amplificateur, en 1936).

En France, il faut attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour entendre les premières guitares électriques.

Les guitares électriques marquent ainsi un virage important dans l’histoire des musiques populaires et donnent naissance aux musiques contemporaines électro amplifiées.

La collection du MuPop par exemple, à Montluçon est unique en France avec 49 guitares présentées au fil du parcours instrumental et 27 dans le parcours musical.

Pour symboliser cette conquête de puissance sonore, le musée expose l’atelier de guitares Selmer, fondé en 1931, associé à l’image de Django Reinhardt (photo ci-contre), premier promoteur des guitares amplifiées, avec son jazz manouche.

L’atelier de micros et amplificateurs Stimer / Garen équipera des générations de musiciens.

Sans le besoin de caisse de résonance, les guitares changent leur aspect dès les années 50, devenant ainsi des ”solid body » (« corps plein »), de nombreux modèles existent néanmoins avec des corps « demi-caisses » (semi hollow) ou « caisses » (hollow).
Leur table d’harmonie est souvent pourvue d’orifices (les ouïes) rappelant ceux des violons.

Ces guitares sont plus légères, et possèdent leur propre « personnalité » sonore. Certains modèles électriques à « demi-caisse », tels que la Gibson ES-335 possèdent une poutre de bois à l’intérieur du corps, dans le prolongement du manche, et sur laquelle est fixée le chevalet.

Aujourd’hui, les types de guitare ont tendance à se mélanger (exemple : guitare classique électro-acoustique…). Les instrumentistes utilisent volontiers des modèles de construction classique pour jouer des morceaux jazz, blues ou autre, ces modèles ayant, le plus souvent, un capteur piézoélectrique.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

De la Charente en mille morceaux

De la Charente en mille morceaux

680 vues
4 juin 2021 0

Destination aux mille et une facettes, les Charentes offrent une palette incroyablement variée d’activités...

Six bonnes idées pour s’évader en amoureux

Six bonnes idées pour s’évader en amoureux

2685 vues
29 mai 2021 0

Pour savourer un moment privilégié en amoureux, profitez du printemps et offrez-vous une échappée...

A Lourdes le Golf c’est toujours sacré

A Lourdes le Golf c’est toujours sacré

729 vues
14 mai 2021 0

Au cœur des Pyrénées, Lourdes est une destination qui séduira tous les passionnés de...