La Galice retrouve sa bible Kennicott


500 ans après l’expulsion des Juifs d’Espagne, la Bible médiévale connue sous le nom de Kennicott ayant miraculeusement survécu des siècles après l’exil de ses propriétaires persécutés, retourne finalement à ses origines en Galice.

Un jour d’été de 1476, un scribe appelé Moïse Ibn Zabarah mit la touche finale à une énorme Bible hébraïque magnifiquement illustrée commandée par le fils d’une riche famille juive de Galice, au nord-ouest de l’Espagne.

« Que le Seigneur béni lui accorde de l’étudier, lui et ses enfants et les enfants de ses enfants à travers les générations« , écrit-il.

La Bible, dont les pages regorgent de dragons, de singes, de paons, de motifs géométriques complexes et d’un Jonas légèrement effrayé entrant dans la bouche de la baleine, a mis semble t-il à l’époque plus d’un ans à se terminer et aurait exigé une l’étude attentive d’au moins trois personnes.

Mais l’histoire brouilla quelques peu les cartes. Seize ans plus tard, le roi Ferdinand et la reine Isabelle ordonnèrent aux Juifs d’Espagne – qui avaient déjà enduré un siècle de persécutions qui avaient conduit beaucoup à se convertir au catholicisme – de quitter immédiatement le pays.

L’expulsion a poussé la famille et leur précieuse Bible en exil. De l’Espagne, le livre a été transporté au Portugal, en Afrique du Nord, à Gibraltar et en Écosse avant de finir à la Bodleian Library d’Oxford.

Aujourd’hui, après 527 années de péripatétie, le livre revient enfin à la maison, en Galice, – quoique temporairement.

La Bible de Kennicott, du nom de Benjamin Kennicott, l’érudit et bibliothécaire sur les conseils duquel l’œuvre a été achetée par l’Université d’Oxford, a été prêtée au gouvernement régional de Galice et sera exposée à Santiago de Compostele au cours de l’année 2020 (jusqu’en Avril)

Elle constitue la pièce maîtresse de la première de trois grandes expositions destinées à réfléchir sur les contributions de la Galice à la culture et à l’histoire du monde.

« La Kennicott est l’une des plus grandes bibles du monde et elle a une double valeur : technique en raison de son art spectaculaire, mais aussi symbolique « , a déclaré Román Rodríguez, ministre de la culture et du tourisme du gouvernement régional.

« Il montre comment, à un moment donné, des personnes de trois religions – Juifs, Musulmans et Catholiques – coexistaient en Espagne. Cela montre aussi qu’il y avait une forte présence culturelle et économique juive en Galice, mais qui a été chassée – comme les Juifs l’ont été dans le reste de l’Espagne« .

Malgré l’héritage galicien du Kennicott et sa renommée mondiale, Rodríguez a de plus déclaré que la région n’avait aucunement l’intention de demander sa restitution définitive.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Le Rijksmuseum repousse encore le baroque

Le Rijksmuseum repousse encore le baroque

609 vues
22 mai 2020 0

En réponse aux dernières directives annoncées par le gouvernement des Pays-Bas, le Rijksmuseum, le...

Europa-Park rouvre ses portes

Europa-Park rouvre ses portes

717 vues
8 mai 2020 0

La famille Mack, propriétaire du parc, salue vivement l’assouplissement des mesures relatives à l’épidémie...

Notre-Dame ressuscitée

Notre-Dame ressuscitée

721 vues
17 avril 2020 0

À partir du 3 juillet prochain, sous réserve de l’actualité sanitaire et de la...