El Greco plait


Cette rétrospective est la première grande exposition jamais consacrée en France à ce génie artistique. Né en 1541 en Crète, Domenico Theotokopoulos, dit El Greco, fait son premier apprentissage dans la tradition byzantine avant de parfaire sa formation à Venise puis à Rome.

C’est cependant en Espagne que son art s’épanouit et s’implante durablement à partir de la décennie 1570. Attiré par les mirifiques promesses du chantier de l’Escorial, l’artiste importe dans la péninsule la couleur du Titien, les audaces du Tintoret et la force plastique de Michel-Ange. Cette éloquente synthèse, originale mais cohérente par rapport à sa trajectoire, donne à Greco, mort quatre ans après Caravage, une place particulière dans l’histoire de la peinture : celle du dernier grand maître de la Renaissance et du premier grand peintre du Siècle d’Or.

Ce sont les avant-gardes européennes qui, au tournant des XIXe et XXe siècles, redécouvrent Greco, éblouis par son oeuvre à la fois fougueuse et électrique, inscrivant son nom à côté du leur dans le grand livre naissant de la modernité.

Jusqu’au 10 février 2020
www.grandpalais.fr/greco





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Marche et démarche : ça vous fera les pieds

Marche et démarche : ça vous fera les pieds

305 vues
18 janvier 2020 0

Après « La Mécanique des dessous » (2013) et « Tenue correcte exigée !...

Tolkien, voyage en Terre du Milieu

Tolkien, voyage en Terre du Milieu

278 vues
18 janvier 2020 0

La BnF propose une exposition d’envergure consacrée à l’œuvre protéiforme de J.R.R. Tolkien, brillant...

Boltanski s’installe à Pompidou

Boltanski s’installe à Pompidou

262 vues
18 janvier 2020 0

En quelque cinquante œuvres rythmant le parcours de Christian Boltanski, cette ample traversée de...