Du beau monde aux Baumettes !


Il y a de quoi sourire en effet : C’est la première fois que l’on voit des gens patienter des heures et faire la queue pour entrer en prison. C’est pourtant ce qui se passe à en ce moment à Marseille, à la célèbre et très controversée prison des Baumettes. C’est ainsi que les quelques 2 600 happy fews, pas un de plus, après s’être inscrits et identifiés, pourront sur réservation visiter un bâtiment historique des années 1930 occupé jusqu’en 2018.

Ils pourront découvrir les conditions carcérales du centre pénitentiaire marseillais jusqu’à la fin du mois de Novembre.
Et ils seront accompagnés par des bénévoles, souvent d’anciens gardiens, mobilisés pour l’occasion.

« C’est surtout de la curiosité, explique Matthieu, l’un de ces bénévoles, on retrouve des étudiants, des mères de familles ou de jeunes travailleurs par exemple « .

Au mitan, les matons

Le centre pénitentiaire de Marseille, connu sous le nom de prison des Baumettes, est une prison qui se trouve à Marseille, dans le 9e arrondissement. Elle est à la fois un centre de semi liberté et une maison d’arrêt et comporte quatre bâtiments.

La prison fut construite entre 1933 et 1939, officiellement en 1936, au sud de la ville et comporte 1 373 places, dont 1 182 réservées aux hommes.

Insécurité et insalubrité

Les escaliers, les douches et les espaces de promenade sont les endroits les plus redoutés.

« Il ne faut jamais se déplacer seul, explique un ancien gardien. Il n’y a ni caméras, ni surveillants dans ces endroits-là. Quand j’y étais, un type s’est pris trois coups de couteau dans les escaliers. Etre seul, c’est être une cible. »

Eté comme hiver, les variations de températures compliquent la vie des personnes incarcérées et ont parfois des conséquences inattendues.

Une ancienne détenue raconte que de petites vipères s’invitent parfois dans l’enceinte de l’établissement pendant la période estivale. En hiver, ce n’est pas mieux.

Les Baumettes est particulièrement réputée pour sa vétusté et son insalubrité. La prison devrait être détruite en 2020.

Fin de parcours définitive

Trois des quatre dernières exécutions capitales en France eurent lieu aux Baumettes : Ali Ben Yanès le 12 mai 1973, Christian Ranucci le 28 juillet 1976 et la dernière Hamida Djandoubi le 10 septembre 1977.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tri Yann fait son Kenavo Tour

Tri Yann fait son Kenavo Tour

894 vues
6 décembre 2019 0

Après 50 ans sur les routes de toute l’Europe, et au delà, le groupe...

L’imagination prend le pouvoir

L’imagination prend le pouvoir

719 vues
29 novembre 2019 0

Réalisé avec l’appui de partenaires nationaux et internationaux, le Festival de l’Imaginaire offre une...

Retour au peps des Seventies

Retour au peps des Seventies

790 vues
22 novembre 2019 0

Certains pensent que c’est avec la mode des seventies que le style contemporain a...