Des côtes de veau à la normande


En Normandie, les côtes de veau se font griller ou poêler. Les côtes de veau à la normande sont traditionnellement garnies de lamelles de pommes reinettes sautées au beurre. Les côtes de veau se conservent, dans leur emballage, 2 à 3 jours au réfrigérateur, dans sa partie la plus froide. Elles doivent être sorties une demi-heure avant d’être mises à cuire : une viande trop froide cuit mal. En surgelé, on trouve des côtes filet et des côtes premières. Compter 5 à 6 heures de décongélation au réfrigérateur.

Ingrédients : pour 4 pers.

4 côtes de veau, 40 g de beurre, huile, 1 cuillère à soupe de farine, 200 g de champignons de paris, 1 oignon, 7 cl de crème fraîche, 2 cuillère à soupe de persil ciselé, citron, sel, poivre.

Préparation :

Faites sauter l’oignon émincé,
Farinez les côtes de veau. Faites les dorer 4 minutes de chaque côté dans une poêle avec 20 g de beurre fondu. Terminez la cuisson à feu doux 5 mn.
Retirez les côtes de veau, salez et poivrez.
Enlevez la queue des champignons, lavez-les, émincez les, citronnez-les et faites-les sauter dans la poêle de cuisson des côtes.
Ajoutez le reste de beurre et de crème fraîche, faites prendre un bouillon, poudrez de persil, versez sur les escalopes, servez sans attendre.

En accompagnement : pommes de terre sautées avec champignons, ou purée avec haricots verts





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Alsace : La véritable tarte au fromage blanc

Alsace : La véritable tarte au fromage blanc

593 vues
7 juin 2019 0

L’un des proverbes alsaciens est : « En Allemagne, c’est beaucoup, mais ce n’est...

Le Mondial de la bière se fait mousser à Paris

Le Mondial de la bière se fait mousser à Paris

1697 vues
17 mai 2019 0

La troisième édition du Mondial de la bière s’installe aujourd’hui au Parc Floral avec...

Un tartare de daurade digne des plus grands

Un tartare de daurade digne des plus grands

708 vues
10 mai 2019 0

D’une grande finesse, la chair de la belle aux sourcils d’or se déguste aussi...