Blois, une escapade bucolique et gastronomique


Blois et son magnifique château ne sont guère qu’à deux heures de route de Paris et constituent un lieu d’étape pour explorer aussi quelques autres des merveilles de cette partie du Val de Loire, comme les châteaux de Chambord, de Cheverny et de Chenonceau, ou bien au contraire certains de ces petits châteaux moins connus qui parsèment magnifiquement la campagne environnante, le choix est impressionnant. Et pour les adeptes de la petite reine il est aisé de parcourir cette région où les reliefs sont plutôt maigres. Un petit peu d’exercice ne peut nuire, surtout quand on connait la qualité de la gastronomie locale.

Le Château royal de Blois

Bâti au sommet d’une colline assez abrupte sur la rive droite de la Loire, le château domine la ville et ses ruelles moyenâgeuses qui serpentent jusqu’au pied d’escaliers assez abrupts. Le Château de Blois est un concentré d’architecture historique du Moyen-Âge et de la Renaissance jusqu’à la grande période classique. Six siècles d’histoire sont inscrits dans ses murs.

L’aile gothique flamboyant avec ses briques rouges et ses pierres blanches fut l’œuvre de Louis XII, tandis que l’iconique aile Renaissance avec son remarquable escalier octogonal extérieur a été bâti seulement quelques années après par François 1er.

Et finalement la troisième aile à l’élégance plus classique est due à Gaston d’Orléans que son frère le Roi Louis XIII avait envoyé pour un petit exil à Blois, et ce ne fut pas un mince exploit, car elle fut construite en seulement trois années de 1635 à 1638.

Et bien que ces trois ailes soient de styles très différents, elles n’en forment pas moins un ensemble qui ne manque pas d’harmonie.

Malheureusement la période révolutionnaire avait laissé le château dans un grave dénuement, mais en 1846 l’architecte Félix Duban fut nommé pour restaurer les appartements royaux. Il se dévoua à cette immense tâche jusqu’à sa mort en 1878.

Depuis lors le Château de Blois est devenu un musée et grâce à de nouvelles campagnes de rénovation dans les années 2000, il a largement retrouvé de sa splendeur d’antan. On peut ainsi visiter la plupart des pièces du château, comme la Salle des États, chef d’œuvre gothique avec ses 6 700 fleurs de lys d’or, la Chambre du Roi, la Chambre de Catherine de Médicis, celle des gardes et beaucoup d’autres qui ont été magnifiquement rénovées et remeublées.

À la nuit tombée, les visiteurs du jour sont invités à revenir pour une nouvelle expérience. Le son et lumière à 360° qui couvre les trois façades de la cour intérieure vaut largement le prix du ticket supplémentaire (il existe des billets combinés visite + son et lumière).

Pendant 45 minutes le spectacle raconte les grandes pages de la riche histoire de ce lieu qui vit entre autres l’assassinat du Duc de Guise sur ordre du Roi Henri III.

Infos Covid 19 : Visite du Château: ré-ouverture le 18 mai avec 100 visiteurs maximum en même temps.
Son et Lumière : à partir du 22 mai avec 200 spectateurs maximum dans la cour de 2.500 m2

L’Orangerie du Château, un lieu pour une restauration quasi royale

Installé en contrebas du château dans l’ancienne orangerie, un magnifique bâtiment du 15ème siècle, l’Orangerie du Château est un restaurant gastronomique qui profite, en plus, d’une vue exceptionnelle et spectaculaire sur le château.

Pendant plus de vingt ans, le chef Jean-Marc Molveaux (1 étoile Michelin) et son épouse Karine ont proposé une cuisine gastronomique plus que réputée.

Le chef ayant pris une retraite bien méritée, Karine est restée aux commandes de l’établissement et c’est un jeune chef talentueux, Kevin Germain, ancien second de William Fréchot, qui est venu prendre la direction des cuisines. Les menus sont de saison à base de produits les plus locaux possibles. Du coup la carte change régulièrement.

Qualité des produits, imagination créative et talent du chef valent justifie largement de profiter d’un emplacement idéal, d’une cuisine sophistiquée et d’une carte des vins amoureusement choisis.

Lors de notre passage nous avions pu goûter en entrées « foie gras à la rhubarbe, poivre du Kérala et pain au gingembre » et « filets de rouget grillés, aubergines et salicornes ». Elles furent suivies par un » jeune pigeonneau braisé à la bière et petits artichauts » et un croustillant « agneau sauce poivron ».

Les desserts, des « millefeuilles aux fraises, » vinrent délicieusement compléter ce moment gastronomique. La qualité du service, raffiné, discret et efficace, fut à la hauteur de ce dîner plein de charme.

Infos Covid 19: L’établissement qui propose actuellement et avec succès à sa clientèle aussi fidèle que gourmande une cuisine « à emporter », n’attend plus que l’autorisation gouvernementale pour rouvrir ses portes et permettre à tous de profiter d’une si belle table.

Dormir dans un authentique Château de la Loire, le Château de la Rozelle

À seulement quelques kilomètres de Blois cerné par un vaste parc planté de séquoias, d’arbre de Judée, de cèdres, de tilleuls et de nombreuses autres espèces, le Château de la Rozelle est un authentique château 1!ème qui a été transformé en 2011 en un charmant hôtel 4* par Nadine et Patrick Brocault.

Avec passion, ils ont rénové et remeublé entièrement cette belle propriété. C’est un lieu très apprécié par ceux qui parcourent la région à vélo, tout en privilégiant grand confort et bonne gastronomie.

Chacune des 21 grandes chambres décorées de discrets décors floraux offre les services attendus d’un établissement 4*, y compris un nécessaire à thé et café. Mais un point très important est la tranquillité du lieu dont le silence matinal n’est troublé que par le chant des oiseaux un paradis pour lève-tard.

Le buffet du petit déjeuner servi sous la très belle véranda est plein de tentations, viennoiseries toutes fraîches sorties du four du boulanger local, yaourts de la ferme, gâteaux maison, confiture artisanales… De quoi prendre des forces avant de commencer une journée de visites !

Le restaurant dont Patrick Brocault a pris les commandes offre pour des tarifs très raisonnables une belle cuisine de produits frais et de saison.

« Soupe de melon avec mousse de fromage de chèvre », « foie gras mariné au porto avec figues et noisettes », « île flottante sauce caramel et pistache » et son fameux « gâteau aux trois chocolats », voici quelques unes des tentations auxquelles nous n’avons pas su résister.

Le restaurant du Château de la Rozelle est ouvert pour le dîner six soirs par semaine. Il offre aussi la possibilité d’emporter de délicieux paniers pique-nique, que l’on peut même déguster sur la terrasse.

Infos Covid 19: Pour éliminer tout risque, après le départ de chaque client, la chambre ne sera pas relouée pendant une période de 24 h. Le buffet du petit déjeuner sera maintenu, mais les clients seront éloignés à un mètre de distance du buffet et leurs sélections leur seront servis à leur table par le personnel.

Frédéric de Poligny





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Helvète underground : le charme de la formation suisse

Helvète underground : le charme de la formation suisse

640 vues
16 octobre 2020 0

C’est l’école de management hôtelier la plus ancienne et la plus prestigieuse au monde....

Au Japon, ces marchés marchent du tonnerre

Au Japon, ces marchés marchent du tonnerre

686 vues
9 octobre 2020 0

Si les marchés font profondément partie de la culture française, c’est aussi le cas...

Moua : un musée d’art sous-marin façon perso

Moua : un musée d’art sous-marin façon perso

751 vues
2 octobre 2020 0

On enfile palmes, masque et tuba pour visiter ce musée d’art contemporain situé sur...