Au nom du Père, au nom du fils


La date de la fête des Pères varie d’un pays à l’autre, mais la majorité d’entre eux a choisi de la célébrer en juin. Ce dimanche 16 juin, les papas seront au centre de toutes les attentions à l’occasion de la fête des pères, célébrée comme chaque année le troisième dimanche du mois de juin.

La fête des Pères est une fête annuelle célébrée en l’honneur des pères dans de nombreux pays. À cette occasion, les enfants offrent des cadeaux à leur père, des gâteaux, des fleurs ou des objets qu’ils ont confectionnés à l’école ou à la maison. Cette fête est également célébrée par les adultes de tous âges pour honorer leur père.

Selon une tradition antique, le culte rendu à ce père adoptif s’est développé dès le ve siècle dans certains monastères égyptiens où est rédigé l’apocryphe Histoire de Joseph le charpentier et où sa fête est fixée à la date du 20 juillet (il demeure inscrit à ce jour au calendrier copte).

Le culte de ce saint se répand aussi autour de la « maison de Joseph » depuis au moins le viie siècle1. Ce culte décline à la fin du haut Moyen Âge. Sa fête fixée au 19 mars apparaît pour la première fois en l’an 800 dans un martyrologe gallican abrégé de Rheinau, dans lequel il est appelé Ioseph sponsus Mariae (« Joseph époux de Marie »).

Le choix de cette date six jours avant la fête de l’Annonciation est probablement dû à une confusion avec le nom d’un martyr d’Antioche nommé Joseph ou Josippe fêté déjà le 19 mars et également une concordance syncrétique avec les Quinquatries, fêtes religieuses en l’honneur de la déesse Minerve.

Les siècles suivants, il n’est plus simplement connu comme l’époux de Marie mais comme père, Nutritor Domini (« Nourricier du Seigneur »).

Son culte auquel l’Église associe traditionnellement la fête des pères se développe au xive et xve siècles (notamment sous l’influence des Franciscains devenus les gardiens de la « maison de Joseph » et dont le chapitre général d’Assise adopte en 1399 sa fête du 19 mars) mais peine à s’imposer car Joseph reste « le grand silencieux de l’Évangile ».

En France, c’est le fabricant de briquets Flaminaire qui a l’idée, le premier en 1949, de créer une fête des pères pour des raisons commerciales.

Son directeur, Marcel Quercia, pour aider au lancement de son briquet au gaz dans l’hexagone, lance la fête des pères en 1950, le troisième dimanche de juin, sur le modèle américain, avec le slogan « Nos papas nous l’ont dit, pour la fête des pères, ils désirent tous un Flaminaire ».

La fête est officialisée par un décret de 1952 qui conserve la règle du troisième dimanche de juin.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Un Ca d’écoles à Rio de Janeiro

Un Ca d’écoles à Rio de Janeiro

368 vues
21 février 2020 0

Aujourd’hui 21 février, à 22h00 débutera la parade des défilés officiels du Carnaval de...

C’est l’amour (et la folie) qui soutient Venise

C’est l’amour (et la folie) qui soutient Venise

546 vues
14 février 2020 0

La cité des Doges, remise des inondations de novembre, a choisi l’amour comme fil...

Zao Wou-Ki, l’âme Solo

Zao Wou-Ki, l’âme Solo

566 vues
7 février 2020 0

L’œuvre de Zao Wou-Ki est vaste. Elle comprend les peintures réalistes de ses premiers...