Affaire Donatello : Orgueils et préjugés… la leçon du jour


bertrand FiguierL’année commence par une belle leçon.

En effet, l’affaire Donatello montre à quel point les succès d’hier ne seront pas ceux d’aujourd’hui.

Une bonne idée, un bon modèle économique, c’est d’abord un temps T ; rarement un temps éternel, surtout dans les affaires.

C’est aussi beaucoup de chance, même si l’on a vite fait d’oublier que l’opportunisme ne fait pas le génie ; savoir durer longtemps non plus.

Les recettes n’ont qu’un temps, un temps bien circonscrit, et il est vain, voire orgueilleux, d’imaginer que l’on pourra les répliquer telles quelles à une autre époque.

Le monde change ; hélas…

Le marché de masse, qui a fait le succès de Marmara par exemple, existe encore, certainement ; mais celui de 1995 ou du début des années 2000 n’a rien à voir avec celui d’aujourd’hui.

Dans les années 90, le volume, quelle que soit la branche d’activité, était synonyme d’industrialisation des processus de production. En 2015, le volume, ce sont surtout des moyens de distribution tous azimuts, du marketing et un énorme financement à bas coût.

En 1995 ou en 2000, le produit « volume » devait juste être basique et standardisable ; aujourd’hui, il doit être à la fois personnalisable, innovant et rassurant ; le tout pour un prix, si l’on peut encore appeler ça un prix, qui varie tous les jours.

Autrement dit, le volume aujourd’hui, c’est un coût fixe déterminé pour un rendement de plus en plus aléatoire. C’est le principe même du casino : je sais combien je mise ; on verra combien je gagne…

Ce qui pouvait se programmer en 2000 est donc devenu un jeu de chance, de loto, et plus seulement une question de savoir-faire.

En reprenant Donatello, les nouveaux managers du TO ne l’avaient sans doute pas remarqué. Tout à leur talent, ils pensaient probablement pouvoir dupliquer la recette et les méthodes qu’ils avaient éprouvées chez Marmara et qui leur avait valu une gloire méritée.

S’appuyant sur l’image rassurante de Donatello, une marque en laquelle le public avait confiance, ils ont dû se dire que leur expérience « volume » suffirait à la dynamiser réellement.

Sans doute pensaient-ils que, sur la seule foi de leur excellente réputation professionnelle, la clientèle et les agences allaient les suivre comme au bon vieux temps.

Mais voilà, la crise, un marché à la baisse, l’évolution du consommateur, de ses attentes et de son comportement ont rompu le charme, et le marché n’a pas répondu avec le même dynamisme qu’il y 15 ou 20 ans.

Le client de Donatello n’a jamais été et ne sera jamais celui de Marmara…

Pourtant les nouveaux patrons du TO se sont entêtés… un réflexe fréquent… « Orgueil et préjugés »… quand tu nous tiens…

Même si le modèle économique, très « moyen-courrier » du TO commençait à fatiguer… il fallait sans doute faire davantage attention à l’image de la marque, à son contenu produit, à la nature de sa clientèle et, quitte à tout révolutionner, le faire en douceur, progressivement, en tenant compte des compétences internes.

Résultat de cet aveuglement : un beau, un triste, un très triste gâchis.

Mardi prochain, à la sortie du tribunal de commerce, Donatello peut laisser plus de 100 personnes sur le carreau…avec des fournisseurs en rade, un passif d’environ 5 M € et, selon la rumeur, plusieurs mois de loyer impayés…

Voilà une belle, une vraie marque, ultra référencée, qui risque désormais de disparaître à tout moment, en laissant les agences orphelines.

Et oui, pour elles, sur le marché, ce n’est pas si courant en ce moment les TO qui font du produit à valeur ajoutée, du produit à prix non cassé… Il n’y en pas beaucoup qui peuvent, comme Donatello, se vanter de faire une pub dans le Figaro en amortissant cet effort financier par les ventes d’une seule journée…

Cette clientèle, plutôt fidèle et très attachée à la marque pour des raisons concrètes, comme la qualité du produit et du service, par exemple, chez qui va-t-elle aller demain ?

Qui en effet, parmi les producteurs, pourra lui répondre avec la même garantie de qualité ? Ne serait-ce que sur le moyen-courrier…

Pas besoin d’être grand clerc pour deviner que, ne trouvant plus son bonheur en agence, cette clientèle voyageuse et aisée ira majoritairement vers Internet et son « sur mesure ».

Il sera beau temps alors de dire que le Web gagne de façon déloyale des parts de marché sur les entreprises traditionnelles.

Mais le pire dans tout ça, c’est que souvent, trop souvent, les leçons ne servent à rien…

Alors bonne année quand même…

Bertrand Figuier





    8 commentaires pour “Affaire Donatello : Orgueils et préjugés… la leçon du jour

    1. les « pokerface » auraient ils perdu la partie , pas sûr quand on connait le succès d’avant. Cela signifierait qu’on ne peut pas calquer un modèle éprouvé mais réussi sur une autre marque à plus forte valeur de notoriété dans le monde de la distribution? Que tant qu’existera l’autre marque Marmara gérée pourtant par un groupe et non plus une famille il est difficile de trouver une autre place sur le marché pour les produits de volume sous le label très italien et sophistiqué créé par son illustre fondateur Antonio Dapote. Je crois plutôt que la geopolitique du moment n’est pas favorable à ce nouvel acteur d’hôtels clubs et que le gateau à partager en ce moment est de plus en plus petit. Mais on sait combien la fève familiale des pâtissiers du voyage de St Lazare est riche et sans doute pas encore défunte en tout cas je leur souhaite pour le bien de leurs salariés.

    2. Je vous invite à ne pas tuer les gens qui se battent encore et toujours pour sauver cette belle entreprise. Donatello est certes en difficulté, et malheureusement ce n’est pas la seule, mais que je sache elle est belle et bien vivante. Alors merci de ne pas l’enterrer trop vite!!! Mes pensées en ce début d’année vont vers toutes ces personnes qui ont fait, font et feront ce qu’est Donatello: Une belle marque qui a toute sa place sur le marché pour des clients qui recherchent la qualité.

    3. L’intelligence est la chose la mieux répartie au monde puisque chaque humain pense en être suffisamment doté. Apparemment les dirigeants de Donatello se sont exclus de l’humanité…

      • C’est un peu contradictoire ce que vous nous dites… Si chaque humain pense être « intelligent » ; ce qui est fort probable, alors ceux de Donatello sont très humains ; trop et malheureusement peut-être, mais très humains certainement… Car la prétention et l’orgueil sont encore plus sûrement partagées que l’intelligence…
        Respectueusement

    4. quels regrets d’imaginer la disparition de DONATELLO qui était un label de qualité sur plusieurs destinations-
      quel chic les brochures apportaient dans nos agences : on avait plaisir à les voir, à les donner à travailler avec et à les vendre…le visuel des brochures était un plus … chaque parution apportait son originalité, ses couleurs, sa recherche et sa beauté à regarder…
      pourvu qu’en repreneur à la hauteur nous permette de vendre à nouveau ce TO qui était de qualité de bon gout et qui avait une parfaite lisibilité pour être en vente dans nos agences …

      à tous bonne année et bons résultats …
      Annie DELANNOY JUMEZ

    5. Je ne connaissais pas les raisons de cette déroute… Vous êtes surement mieux informé que nous tous, agents de voyages…
      Quoi qu’il en soit, à ce jour je suis très triste de voir disparaitre un partenaire historique, gage de qualité et de savoir-faire, avec des équipes compétentes et professionnelles, un service commercial dévoué, souvent récompensé.
      Et votre analyse des derniers paragraphes est criante de vérité hélas…
      S’il fallait faire un vœu en ce début d’année 2015, ce serait qu’il puisse se produire un miracle pour leur laisser une dernière chance. Ne dit on pas « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir ».

    6. Quelle tristesse en effet. Je rejoins totalement la tonalité de cet article. Hier comme aujourd’hui, dans le domaine du tourisme comme dans d’autres, le maître- mot, c’est l’adaptabilité en dehors de toute auto satisfaction et de contentement de soi. D’autres TO ont failli y laisser leur peau pour la même raison : se sentir indispensables et incontournables. Ne jamais se reposer sur ses lauriers, précéder plutôt que suivre, surprendre plutôt que subir…espérons que l’on donnera une chance a Donatello de renaître!

    7. Remarquable analyse douce amère mais bonne qui provoque comme un goût de l’enfance perdue !
      De l’Italie à la française effacée comme une fresque étrusque
      Addio !
      Baladi

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Madrid reconfiné : encore un coup dur pour le Tourisme espagnol

Madrid reconfiné : encore un coup dur pour le Tourisme espagnol

1982 vues
22 septembre 2020 0

La destination qui figure dans le TOP 10 des destinations touristiques préférées des français,...

Le nombre de touristes internationaux en baisse de 65 %

Le nombre de touristes internationaux en baisse de 65 %

1678 vues
21 septembre 2020 0

Les arrivées de touristes internationaux ont chuté de 93 % en juin 2020 par...

Tourisme en Ile-de-France, une relance sous conditions

Tourisme en Ile-de-France, une relance sous conditions

1656 vues
18 septembre 2020 0

Le tourisme subit de plein fouet la crise de la Covid-19. Un choc sans...