Comment t’as rien vu si t’as pas vu Monténégro


Le Monténégro est un pays encore mal connu des touristes français. Il est encore bien souvent assimilé à la guerre des Balkans et pâtit d’idées reçues en termes de sécurité, d’accueil, de gastronomie ou encore d’hôtellerie.

Afin de me faire ma propre idée sur cette destination, et conseiller en voyage professionnel jusqu’au bout des ongles (d’ailleurs faudrait que j’y aille bientôt à la manucure … heu pardon !), j’ai donc décidé de partir y passer deux semaines cet été pendant mes vacances. Un autotour entre montagnes et côte adriatique pour découvrir les différents visages de ce petit pays.

julieEn effet le Monténégro est classé 159ème pays par sa taille, il est bordé par la mer Adriatique et frontalier de la Croatie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Serbie, du Kosovo et de l’Albanie. Sa capitale est Podgorica, anciennement Titograd, et bien que le pays ne fasse pas encore partie de l’UE, la monnaie est l’Euro.

Le Monténégro a acquis sont indépendance en juin 2006 et offre au visiteur une réelle identité nationale dans son folklore et sa culture.
Pour se rendre au Monténégro c’est simple, carte nationale d’identité ou passeport en cours de validité. On peut atterrir à Podgorica, Tivat ou Dubrovnik selon l’itinéraire de son voyage.

julie tito 3Nous avons choisi d’arriver à Dubrovnik avec Croatia Airlines ayant profité un tarif promotionnel (170 euros/ personne) en plein mois d’août. Dès lors nous avons loué une voiture et avons filé vers Igalo, station balnéaire qui se trouve juste après la frontière. Il existe d’ailleurs un poste frontière « secret » à utiliser dans modération pour gagner du temps entre Dubrovnik et Igalo. Gain de temps sur des durées de parcours qui peuvent être parfois très longs. Comptez par exemple près de 3 heures entre Budva et Dubrovnik en passant par la côte (75 kilomètres environ).

julie -tito 2Pour une première soirée au Monténégro, l’hôtel Palmon Bay Spa 4* récemment ouvert est un hébergement très agréable. Confort moderne, restaurant et roof bar avec une vue splendide sur la côte. L’hôtel offre également à ses clients une plage privée (30 euros pour les non clients) avec piscine, bar, transats… qui permet de profiter de la mer sans être assis sur la serviette de son voisin. En effet les plages du Monténégro sont vraiment bondées en cette période. Les plages privées sont donc une bénédiction.

La bonne surprise à Igalo est l’addition au restaurant pied dans l’eau, 15 euros pour deux personnes avec boissons, plats et café. Se restaurer au Monténégro coûte en moyenne 30% moins cher qu’en France et il n’y a rien à redire sur la qualité, risottos à l’encre de sèche, calamars, poulpes, pizzas, pasta… un large choix pour combler toutes les envies.

julie tito 2Igalo est également très réputée notamment auprès de la clientèle scandinave pour ses eaux thermales et ses boues thérapeutiques. Le Maréchal Tito lui-même y avait pris ses quartiers d’été.

Depuis Igalo nous avons ensuite pris la route pour Perast en faisant étape à Herceg Novi, ville stratégique à l’entrée des bouches de Kotor, afin de visiter la vieille ville (stari grad), qui a conservé quelques pans de la citadelle et la forteresse Forte Mare.
julie tito 4Un enchantement pour les yeux, un dédale de ruelles, de petites places à l’architecture toute vénitienne où l’ont sent la patte de chaque envahisseur qu’il soit byzantin, autrichien ou espagnol.

Arrivés à Perast, nous séjournons dans un splendide boutique hôtel tout juste ouvert. Sacha, le propriétaire, nous accueille au Monte Bay Retreat 4* que je qualifierais plutôt de maison d’hôtes de luxe. Tout est raffiné de la décoration de la chambre à la piscine à débordement avec vue sur le front de mer. Un lieu idéal pour un week-end en amoureux.
Nous choisissons d’aller dîner ce soir là à Dobrota, « village-rue » à quelques kilomètres de Perast, où il est très agréable de dîner en bord de mer le soir et se baigner la journée.

Au réveil la vue est magnifique. Les toits de Perast défilent sous nos yeux et au loin, émergées de l’Adriatique, les deux îles qui hébergent l’église Notre Dame et le Monastère Saint Georges se dressent fièrement.

Perast a longtemps été la rivale de Kotor. Il faut s’y promener pour observer les plus belles façades des palais. Certaines sont en ruines mais l’ensemble est exceptionnel. Musées, églises, bars, restaurants se succèdent sur le front de mer. Il est même recommandé de se munir de son maillot pour pouvoir se jeter à l’eau quand bon vous semble. Un des atouts de cette ville magique. Un véritable coup de cœur pour Perast et pour le Monte Bay de Sacha.

La suite demain (si vous êtes sages …)
Schuss !

Julie Labrune. 28 ans
Conseiller en voyages





    1 commentaire pour “Comment t’as rien vu si t’as pas vu Monténégro

    1. Bonjour,

      Je suis originaire du Monténégro.
      Vos articles sont très bien et vos photos superbes.

      Mais par pitié, changez ce drapeau de l’aigle noir albanais (de l’article « Comment t’as rien vu si t’as pas vu Monténégro ») en y mettant une photo avec le drapeau à l’aigle doré monténégrin.

      Merci beaucoup. Continuez comme ça.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Comment moi je vote Geoffrey …

Comment moi je vote Geoffrey …

2912 vues
6 janvier 2017 0

Chers amis, me voilà de retour en ce début d’année 2017… Il faut dire...

Comment on ira tous au paradis, un jour

Comment on ira tous au paradis, un jour

3006 vues
5 décembre 2016 0

Ce qui est sympa dans notre boulot, c’est le sourire de nos clients. On...

Comment Monténégro, ça se mérite !

Comment Monténégro, ça se mérite !

3079 vues
12 octobre 2016 0

Coucou mes loulous. Suite et fin de mon petit périple au Monténégro qui j’en...