Phuphuma, as-tu du chœur ?


Un chant traditionnel entraînant, une danse au pouvoir enivrant, pour un spectacle haut en couleur… Le chœur Phuphuma Love Minus tout droit venu d’Afrique du Sud, pose ses valises au musée du quai Branly – Jacques Chirac du 25 mars au 2 avril 2017 pour 6 représentations !

Les onze hommes aux chaussures brillantes, aux costumes élégants et gantés de blanc, entament la danse lente et feutrée qui accompagne l’isicathamiya, chant a cappella, propre à la culture zouloue.

Découvert par la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin, qui a conçu en 2009 la pièce Walking next to our shoes… autour de leur performance, ce chœur porte aujourd’hui à travers le monde la culture populaire de tout un peuple d’ouvriers migrants.

L’isicathamiya, où le chœur répond au chant du leader dans une harmonie douce et puissante, est né dans les townships de Johannesburg au siècle dernier.

À l’époque, les travailleurs débarqués des campagnes, logés dans des pensions où ils n’étaient pas autorisés à faire du bruit, ne pouvaient chanter et danser qu’en chuchotant et effleurant le sol.

Aujourd’hui, les compétitions de chœurs enflamment les nuits des quartiers de la capitale, les concurrents étant jugés autant sur leurs capacités vocales que sur l’élégance de leur apparence.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Portraits de Paul Cézanne au Musée d’Orsay

Portraits de Paul Cézanne au Musée d’Orsay

585 vues
16 juin 2017 0

Paul Cézanne a peint près de deux cents portraits au cours de sa carrière,...

La grotte du Lazaret s’ouvre au public

La grotte du Lazaret s’ouvre au public

629 vues
9 juin 2017 0

La Grotte du Lazaret est un site de référence pour la reconstitution de l’environnement...

Cognacq-jay braque ses projecteurs sur Venise

Cognacq-jay braque ses projecteurs sur Venise

662 vues
2 juin 2017 0

Jusqu’au 25 juin prochain, le musée Cognacq-Jay vous invite à Venise le temps d’un...