Airbnb et les hôteliers arriveront-ils à faire la paix ?


Airbnb a annoncé ouvrir sa plateforme à l’hôtellerie et semble finalement ne pas vouloir être trop gourmand en commissions. Manœuvre habile : Les hôteliers qui dénoncent très souvent de cette concurrence, jugée déloyale, vont devoir trouver un autre motif pour se plaindre.

Pour le moment plusieurs segments de l’hôtellerie sont concernés

Avoir des hôtels sur Airbnb n’est pas une nouveauté. Par exemple, la chaine des « Châteaux et Hôtels » se trouve sur ce site.
Aujourd’hui, Airbnb veut aller plus loin avec une série de typologie hôtelière. On y trouvera des boutique-hôtels, des « bed and breakfast ». Mais ce que recherche le site américain, ce sont des hôteliers qui offrent un service personnalisé. Ils seront sélectionnés !

Plusieurs conditions pour y rentrer

L’hôtel doit être connecté via un « channel manager ». Une bonne partie des hôteliers ont adopté au moins un prestataire qui leur permet d’être connecté aux grandes agences en ligne comme Booking, Hotels.com, Hotelbeds, HRS… mais également avec d’autres distributeurs comme les GDS. Airbnb a choisi de travailler avec un des plus importants : Siteminder.

Siteminder, un des plus importants « channel manager»

SiteMinder a son siège en Australie, avec des bureaux à Dallas, Londres, Cape Town ou Bangkok. Il revendique plus de 28 000 clients.

Le système permet de gérer la distribution en ligne. Il est relié au PMS (property management system) le logiciel qui assure aux hôteliers une gestion automatisée de leur hôtel. De moins en moins d’hôtels gèrent manuellement l’ensemble des tâches qui incombent à l’hôtelier.

Airbnb ne demande pas de contrat

Tout ce dont il a besoin, c’est d’une connectivité avec des plates-formes, comme celle qu’il vient de réaliser avec Siteminder. Il y en aura sûrement d’autres.

Des commissions qui semblent faibles … pour le moment

C’est une façon d’agacer les grandes agences comme Booking ou Expedia. Airbnb ne prendrait que 3 % de commission. Il transmet le prix, tel qu’il est, de l’hôtel à l’utilisateur. Par exemple, si l’hôtel facture 100€, le client verra 100€. Par contre le client payera des frais de service. Pour l’hôtel, c’est un véritable avantage car il paye aujourd’hui entre 18 % et 27 % sans les taxes.

Airbnb va offrir de nouvelles fonctionnalités

Les nouvelles fonctionnalités de la plate-forme vont voir le jour. On y trouvera la location traditionnelle, Airbnb Plus, Airbnb Collections et un programme Superguest.

L’objectif d’Airbnb est de répondre à tous les besoins des clients en termes d’hébergements et surtout d’accueil personnalisé. Ce que ne propose pas encore des sites comme Booking, Expedia et tous les autres.

On critique désormais davantage Airbnb que Booking.com

Notre ami Mark Watkins, le patron de www.coachomnium.com l’affirme depuis plusieurs années. Airbnb ne peut être le bouc émissaire des hôteliers. Il précise : « L’opérateur américain, lancé depuis à peine 2008, a été érigé par ses détracteurs comme la nouvelle bête noire à abattre (en lieu et place de Booking, contre lequel on s’est calmé). Il est le symbole du mal parfait, tel un vulgaire Uber du logement touristique. L’opérateur est la tête de turc du moment ».

Coach Omnium a enquêté

« Plusieurs enquêtes auprès des voyageurs, dont celle de « Coach Omnium », révèlent bel et bien que l’hôtellerie et les autres formes d’hébergements sont dissociées dans l’esprit des clientèles qui voyagent. Chacune a ses spécificités, recherchées selon les motifs de séjours, les publics et les besoins ».

… « La majorité des clients déclarent qu’ils ne se seraient pas rendus dans une destination sans la présence d’offres Airbnb. Et, n’auraient de toute façon pas, en définitive, choisi un hôtel ou une autre forme d’hébergement touristique. C’est notamment le cas des millennials qui représentent
plus de 60 % de la demande chez Airbnb. Ce nombre a augmenté de 120 % au cours de la dernière année. C’est aussi la clientèle qui fréquente le moins les hôtels, en voyages de nature privée ».

Les taux d’occupation de l’hôtellerie en France restent stables

Mark Watkins poursuit : « Force est de reconnaître que certains hôteliers ont tort. Les taux d’occupation de l’hôtellerie sont quasiment inchangés depuis ces 15 dernières années (en dehors récemment de 2016, à cause des attentats), malgré la création significative sur ce même laps de temps de nouveaux hôtels en milieux urbains (+ 7 %) et la très forte expansion d’Airbnb et ses concurrents : voir notre Panorama de l’hôtellerie en France ».

Les hôteliers français ont été heureux en 2017

« Selon l’Insee, seule source fiable en matière d’observation conjoncturelle des hébergements touristiques avec près de 16.000 hôtels interrogés, près de 9,9 millions de nuitées hôtelières sont venues s’ajouter aux 200 millions de l’année 2016. L’hôtellerie est par conséquent passée d’un taux d’occupation national moribond (mais qui aurait pu être pire) de 58,4 % en 2016 à 61,2 % en 2017.

En types de localisation, là encore, l’hôtellerie en Ile-de- France a fait des merveilles. Plus globalement, les destinations urbaines (plutôt grandes villes) et de littoral obtiennent les meilleurs résultats de demande hôtelière. C’est toujours dans les espaces ruraux et les petites villes éloignées des grands marchés touristiques que les scores de remplissage restent les plus mauvais ou décevants (46,3 % en 2017).

D’où une énorme difficulté à rentabiliser l’hôtellerie dans ces destinations, avec en corollaire un vieillissement de l’offre et des unités qui ferment définitivement. Mais, ce phénomène n’est hélas pas nouveau ». Pour voir l’étude complète :
http://www.coachomnium.com/bonus/89-panorama- de-lhotellerie- en-france.html

Nous vous tiendrons informés de l’évolution d’Airbnb et des nouveaux rapports avec l’hôtellerie. Les mentalités évoluent. Nous verrons également comment vont répondre les grandes OTA mondiales. La bataille ne fait que commencer.

Serge Fabre





    1 commentaire pour “Airbnb et les hôteliers arriveront-ils à faire la paix ?

    1. a quand une offre globale BtoB pour les pros (agences de voyage ) intégrant comme le fait airbnb en BtoC différents types d’hébergement, du service? ; comment un « pro » agv peut-il être crédible si son client a accès à une offre plus large que lui ?

      ou alors Airbnb propose une offre « BtoB  » (comme expedia par exemple) mais ça ne semble pas être un axe de développement pour eux (hormis l’offre business travel )
      ou alors un pro « clone » un profil BtoC ce qui lui permet indirectement de profiter des tarifs airbnb qui seront inférieurs à ceux d’un expedia même en intégrant la commission …

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Les salariés du Carlton InterContinental inquiets pour l’avenir du palace cannois

Les salariés du Carlton InterContinental inquiets pour l’avenir du palace cannois

973 vues
7 décembre 2018 0

Alors que Cannes accueille le salon ILTM (salon mondial du tourisme de luxe) les...

Piratage massif au sein de la chaine hôtelière Marriott

Piratage massif au sein de la chaine hôtelière Marriott

1293 vues
4 décembre 2018 0

Les compagnies aériennes et les grands groupes hôteliers sont visés de plus en plus...

Voyamar ouvre un Naya Club sur l’île de Beauté

Voyamar ouvre un Naya Club sur l’île de Beauté

1224 vues
28 novembre 2018 0

Les équipes de production de Voyamar ont eu un coup de cœur pour le...