En train, de Chine jusqu’au coeur de l’Europe


La Chine a jeté les bases d’un corridor stratégique menant de la Grèce au coeur de l’Europe, projet auquel se sont ralliés la Hongrie, la Serbie et la Macédoine, et qui permettra au géant asiatique d’accroître ses échanges commerciaux avec le Vieux continent.

La Chine, la Hongrie et la Serbie ont signé mercredi dernier un accord sur la construction d’une voie ferrée pour trains à grande vitesse reliant Belgrade à Budapest, Pékin ambitionnant ainsi de relier le port grec du Pirée et le centre de l’Europe, par une voie ferrée qui passe par les Balkans.

Il y a six ans, Pékin a acquis, par l’intermédiaire de son géant Cosco, deux terminaux du port du Pirée, alors que 80% du commerce de la Chine avec le vieux Continent se fait par la mer.

Ce développement a été accompagné par une montée en puissance de la coopération entamée avec la compagnie de chemin de fer grecque Trainose pour le transport de fret.

premier ministre chinois li« Le projet s’est étendu à la Macédoine. Les chemins de fer et le port grec y participent déjà ce qui nous permettra de construire ensemble une voie rapide par terre et par mer entre la Chine et l’Europe« , a déclaré le Premier ministre chinois Li Keqiang à la presse.

La voie ferrée Budapest-Belgrade sera bénéfique pour la Hongrie et la Serbie et va sceller la mise en place de ce corridor, a déclaré M. Li après la signature de cet accord, projet phare du troisième sommet annuel entre la Chine et les pays de l’Europe centrale et de l’est accueilli par Belgrade.

Les détails de l’accord n’étaient pas disponibles dans l’immédiat, mais selon la presse locale, le coût des travaux de cette voie ferrée s’élèverait à 1,5 milliard d’euros.

M. Li a assuré que la construction de cette voie ferrée serait achevée en deux ans, d’ici à 2017 et qu’elle permettra de faire passer la vitesse des trains de 40 km/h actuellement a 200 km/h.

La voie ferre va améliorer les relations entre la Chine et l’Europe et elle sera construite en accord avec les normes européennes, a-t-il assuré.

La conclusion de cet accord montre que la Chine et l’Europe ont trouvé les moyens de coopérer (…) dans les décennies à venir, a fait valoir le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

M. Orban a salué la volonté de la Macédoine de participer à ce projet, le pays se trouvant sur le tracé de ce corridor nord-sud reliant la Hongrie à la Grèce en passant par la Serbie.

Une fois la voie ferrée construite, les trains mettront un peu moins de deux heures et demie, au lieu de huit heures actuellement, pour relier les deux capitales, a précisé le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic.

D’ici la fin de janvier 2015, la Serbie, la Hongrie et la Macédoine vont présenter en commun au gouvernement chinois une proposition sur les manières de financer la construction de cette voie ferrée, a fait valoir M. Vucic, précisant que les modalités de financement ne devaient pas nécessairement être les mêmes pour les trois pays.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Les volcans font irruption dans le Tourisme

Les volcans font irruption dans le Tourisme

972 vues
12 juillet 2019 0

On pourrait croire que les touristes seraient effrayés par l’éruption d’un volcan ou un...

Quand le pouvoir malgache s’improvise voyagiste

Quand le pouvoir malgache s’improvise voyagiste

1435 vues
12 juillet 2019 0

Le football peut rendre fou tant la passion est exacerbée. Actuellement, la Coupe d’Afrique...

Le Nouveau Brunswick, la province Canadienne qui veut attirer les groupes francophones

Le Nouveau Brunswick, la province Canadienne qui veut attirer les groupes francophones

2564 vues
11 juillet 2019 0

Parlez du Canada à un français et aussitôt il vous répondra Québec et Montréal...