Un pas de géant pour le tourisme dans l’espace


Virgin Galactic, l’entreprise fondée par le milliardaire britannique Richard Branson, vient de transporter avec succès ses premiers clients payants aux confins de l’espace – une étape importante pour le futur du tourisme spatial.

Le vol commercial inaugural de la société jeudi dernier était une mission axée sur la recherche avec des passagers financés par l’armée de l’air italienne – et non des célébrités ou de riches amateurs de sensations fortes comme ceux visés par le principal concurrent de Virgin Galactic : Blue Origin de Jeff Bezos.

La mission transportait deux membres de l’armée de l’air italienne – le colonel Walter Villadei, qui devrait également se rendre en orbite lors d’une future mission SpaceX payante ; et le lieutenant-colonel Angelo Landolfi, un médecin qui a suivi une formation de chirurgien d’équipage pour les cosmonautes russes.

Le parcours a commencé au port spatial de Virgin Galactic au Nouveau-Mexique, où les passagers sont montés à bord du VSS Unity alors qu’il était attaché sous l’aile d’un énorme vaisseau-mère à double fuselage, un avion appelé VMS Eve.

VMS Eve a décollé un peu comme un avion, dévalant une piste avant de monter à plus de 40 000 pieds (12 192 mètres). Après avoir atteint son altitude désignée, VMS Eve a libéré le VSS Unity, qui a ensuite tiré son moteur-fusée pendant environ une minute alors qu’il fonçait directement vers le haut, l’envoyant sauter vers les étoiles.

Le véhicule s’est aventuré à plus de 80 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre, l’altitude que le gouvernement des États-Unis considère comme la limite de l’espace extra-atmosphérique.

L’avion spatial a atteint des vitesses supersoniques alors qu’il s’élançait vers le haut. Et au plus fort de son vol, le véhicule a passé quelques minutes en apesanteur lorsqu’il est entré en chute libre et a glissé vers le spatioport pour un atterrissage sur piste. L’ensemble du trajet a duré environ une heure et demie.

Virgin Galactic a passé les deux dernières décennies à préparer une version améliorée de l’avion spatial de Rutan – conçu pour être suffisamment grand pour transporter des passagers dans la cabine – pour un service commercial.

La société perd également de l’argent depuis des années, brûlant des fonds alors qu’elle tentait de terminer ses vols d’essai et de commencer à accueillir des clients – dont certains ont payé leurs billets il y a plus de dix ans.

La société a vendu environ 800 billets, dont 600 à des prix allant jusqu’à 250 000 $ et quelques centaines à 450 000 $ par billet.

Actuellement, les clients payants qui voyagent dans l’espace doivent signer des documents de «consentement éclairé» reconnaissant les risques avant leur vol.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Climatisation des aéroports : Venise adopte l’Intelligence Artificielle

Climatisation des aéroports : Venise adopte l’Intelligence Artificielle

2066 vues
23 février 2024 0

Ce chef-d’œuvre de l’ingénierie informatique s’appelle Sybil, il a été créé par Alperia, un...

SpeedMedia et Orchestra ensemble enfin

SpeedMedia et Orchestra ensemble enfin

3003 vues
21 février 2024 0

Les deux plateformes de distribution de voyages, Orchestra et SpeedMedia Services, viennent d’annoncer leurs...

Pourquoi Airbnb veut à tout prix se diversifier

Pourquoi Airbnb veut à tout prix se diversifier

2681 vues
19 février 2024 0

Airbnb fait face à une année de nouveaux défis après les résultats positifs obtenus...