Tourisme Côte d’Azur : les hôtels tirent le rideau


De Cannes à Monaco en passant par Nice, les hôtels ferment progressivement leurs portes de façon temporaire pour l’instant, mais si la pandémie perdure les plus fragiles pourraient bien les laisser closes définitivement.

Cannes, où l’activité touristique de septembre à mai dépend de l’évènementiel et des grands salons professionnels, est particulièrement sinistrée. Car au fil du temps, la cité a misé, avec succès d’ailleurs, sur la carte du MICE (Meetings Incentives Conventions & Events) générant une offre importante en structure touristique et cela bien au-delà de sa taille (70.000 habitants).

Une activité tourisme d’affaires et festivals qui fait travailler une grande partie de ses 600 restaurants et bars, 130 hôtels (8.000 chambres, dont près de 4.600 chambres en 5 et 4 étoiles), taxis et commerces.

Cette année 2020 sera donc noire avec quasiment l’annulation des grands événements (MIPIM, MIPTV, Festival de Cannes, TaxFree, Cannes Yachting Festival, MIPCOM Mapic, NRJ Music Awards…). Et le premier trimestre 2021 semble s’inscrire dans cette continuité.

Par exemple le MIPIM (30.000 participants) a décidé de reporter début juin la manifestation qui a lieu habituellement en mars. Résultat 90 % des hôtels ferment depuis le Carlton au Martinez Gray d’Albion, Majestic, Grand Hôtel….

La Croisette ressemble de plus en plus au boulevard du crépuscule avec son alignement de palaces aux volets clos tout comme les boutiques de luxe aux rideaux fermés qui les bordent. Selon la ville le manque à gagner sur l’année atteindrait déjà 700 M€. Et sachant qu’un emploi sur cinq à Cannes dépend du
tourisme, la casse sociale s’annonce redoutable.

Même scenario à Nice où plus de 50 hôtels se sont mis en sommeil à cause du confinement. La plupart de grands hôtels comme le Negresco, le Radisson Blu, le Westminster, le Méridien et bien d’autres ont décidé de fermer en raison du confinement.

Près de 55 au total ont décidé de tirer le rideau. Et pour certains
les perspectives pour le premier trimestre 2021 sont peu encourageantes et pourraient même les inciter à rester fermer. Le personnel est en mis en chômage
partiel soit 84 % du salaire mais jusqu’au 31 décembre.

A titre d’exemple le groupe niçois Summer Hôtels qui exploite neuf hôtels à Menton, Nice et Cannes
avec 200 salariés au total a décidé d’en fermer quatre.

La situation devient difficile pour certains petits établissements et du côté du syndicat des hôteliers
on laisse entendre qu’entre 20 et 30 % pourraient décider une fermeture définitive. Deux gros porteurs niçois auraient déjà engagé des licenciements.

A Monaco, la SBM (Société des Bains de Mer) a ainsi annoncé un plan de restructuration exceptionnel avec la suppression de 162 emplois sur 4.000, tandis qu’extras, saisonniers et CDD avaient déjà été supprimés. C’est une grande première pour l’acteur principal du tourisme monégasque.

Michel Bovas





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Comment Nice fait la guerre aux locations saisonnières

Comment Nice fait la guerre aux locations saisonnières

1591 vues
4 juin 2021 0

La ville de Nice veut restreindre la progression des locations de type Airbnb. Pour...

Côte d’Azur : Pourquoi le Vista Palace devient The Maybourne Riviera

Côte d’Azur : Pourquoi le Vista Palace devient The Maybourne Riviera

2524 vues
1 juin 2021 0

Le nouveau « Palace » accroché à son piton rocheux à Roquebrune Cap Martin...

La Covid pénalise lourdement les comptes de la SBM à Monaco

La Covid pénalise lourdement les comptes de la SBM à Monaco

1343 vues
31 mai 2021 0

Sans surprise en communiquant sur son exercice annuel « mars 2020 mars 2021 »,...