Tourisme au Royaume Uni : le professionnels saluent l’accord du Brexit finalement


L’industrie hôtelière et l’ensemble du monde du tourisme a salué l’accord in extremis dans les discussions entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur une future relation commerciale.

« C’est une bonne nouvelle pour le secteur du tourisme qui a été paralysé par la pandémie de Covid-19 et qui craignait les conséquences d’un Brexit sans accord » a commenté le secrétaire général de l’Organisation mondial du tourisme.

«Heureusement, ce résultat inquiétant a été évité et le secteur peut désormais envisager 2021 avec plus de confiance.

Mais regrette t-il « les vacanciers britanniques pourraient faire face à des coûts de santé plus élevés et à des formalités administratives supplémentaires. Le diable sera dans les détails de l’accord – et seul le temps nous dira quelles sont les vraies conséquences pour les voyageurs. »

L’OMT se tient prêt à travailler en étroite collaboration avec les gouvernements et d’autres organisations clés du tourisme pour aider à mettre en œuvre les tests et les protocoles Safe Travels afin de permettre la reprise du secteur.

Le syndicat ABTA, qui représente les agents de voyages à travers le Royaume-Uni, a déclaré qu’il est: « vital d’éviter une incertitude supplémentaire pour l’industrie du voyage à un moment où les entreprises sont aux prises avec l’impact de Covid-19« .

Soulignant notamment que «bien qu’il y ait encore des changements et que les entreprises doivent s’y préparer, la conclusion d’un accord garantira le maintien des liaisons de transport vitales et fournira au moins une base pour l’entrée continue de travailleurs du tourisme du Royaume-Uni dans l’UE.

Désormais la Grande-Bretagne n’est plus un État membre de l’UE, et les interactions du Royaume-Uni avec les membres du Bloc vont désormais changer. Les Britanniques peuvent désormais visiter les pays de l’UE pendant 90 jours maximum sur une période de 180 jours.

Cependant, si les sujets de Sa Majesté voyagent en Bulgarie, en Croatie, à Chypre et en Roumanie, les règles sont différentes. Dans ces quatre pays, ils peuvent rester 90 jours sans utiliser leur allocation de 90 jours pour les autres pays de l’UE.

Pour rester à l’étranger pendant plus de 90 jours, ils doivent demander un visa ou un permis en fonction de la raison du séjour.

Pour eux, en matière d’assurance maladie, toutes les cartes européennes d’assurance maladie (CEAM) émises avant fin 2020 seront valables jusqu’à leur date d’expiration.

Les Britanniques doivent s’assurer qu’ils ont une assurance maladie et voyage adéquate avant leur voyage – et le gouvernement émettra bientôt une nouvelle carte baptisée UK Global Health Insurance Card (GHIC) qui couvrira les maladies chroniques ou existantes, les soins de maternité et les urgences.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Voyages à la montagne : du piolet jusqu’à la plume

Voyages à la montagne : du piolet jusqu’à la plume

1550 vues
14 mai 2021 0

Créateur de la Maison de la Montagne et gestionnaire de la Mission Montagne de...

Pourquoi le tourisme en Algérie reste toujours à découvrir

Pourquoi le tourisme en Algérie reste toujours à découvrir

2571 vues
11 mai 2021 0

Il y a deux ans, beaucoup de tour opérateurs avaient le sourire aux lèvres...

Tourisme au Népal : alerte Covid au sommet de l’Everest

Tourisme au Népal : alerte Covid au sommet de l’Everest

1606 vues
7 mai 2021 0

La BBC rapporte que les alpinistes du camp de base de l’Everest au Népal...