Produits contrefaits, les conseils de Mondial Assistance


La bonne affaire qui tourne au cauchemar ? C’est ce qui risque d’arriver aux voyageurs qui achètent des produits contrefaits. A l’approche de la période estivale et des voyages, Mondial Assistance livre ses conseils pour se protéger des imitations frauduleuses.

La contrefaçon connaît depuis quelques années un essor dans tous les secteurs d’activité : la mode, la parfumerie, les cosmétiques, mais aussi la High Tech, l’alimentaire ou, plus récemment, les médicaments. Aucune région du monde n’est épargnée.

Quels sont les risques encourus ?

Dans de nombreux pays, et notamment, toute l’Union européenne, acheter des produits contrefaits est un délit douanier, qui vous expose à des sanctions pénales, allant de la simple amende à la peine de prison, et ce, même si l’on est de bonne foi. Le contrevenant risque une amende comprise entre 1 et 2 fois la valeur de l’objet authentique.

Il encourt aussi des sanctions pénales, pouvant aller jusqu’à 300.000 euros d’amende et 3 ans d’emprisonnement. Sans compter les éventuels dommages et intérêts réclamés par les ayants droit.
Les contrôles douaniers se multiplient au sein de l’UE, qui a fait de la lutte contre la contrefaçon, une priorité.

Au-delà de ces sanctions, il y a un risque pour la santé. Echappant à toute norme de sécurité et de qualité, les produits contrefaits peuvent provoquer des allergies, des intoxications ou des incidents. D’une manière générale, il faut être prudent lorsqu’il s’agit de boissons, parfums, cosmétiques, pièces automobiles, jouets pour enfants, et redoubler de vigilance dans le cas des médicaments. La contrefaçon dans ce secteur est en pleine expansion: un médicament sur dix vendu dans le monde est falsifié (1 sur 3 dans certains pays d’Afrique !).

Le marché a doublé entre 2005 et 2010 et rapporte 20 fois plus que le trafic de drogue. Les faux médicaments représentent aujourd’hui un véritable danger pour la santé des patients : présence de substances toxiques, inefficacité du traitement… peuvent entraîner des effets indésirables majeurs.

Dans le cas des produits de marque, les contrefaçons sont plus faciles à identifier. Un peu de bon sens suffit souvent. En réalité, il s’agit surtout de résister à la tentation de rapporter dans ses bagages un souvenir de voyage à prix cassé. Voici les signes qui doivent alerter :
– La boutique est discrète, à l’abri des regards. Méfiance. Eviter les vendeurs à la sauvette, les échoppes en arrière-cour. Privilégier les commerces officiels.
– Le prix est excessivement bas, le vendeur ne prend que les paiements en espèce. Là encore, méfiance. Exiger une facture.
– La qualité n’est pas au rendez-vous : des coutures mal cousues, un tissu de mauvaise facture, des couleurs inhabituelles, une étiquette mal imprimée ou orthographiée… autant de défauts qui doivent éveiller l’attention. Vérifier la présence de logos indiquant le respect des normes nationales NF ou européenne CE.
– Examiner le packaging : un sac plastique en guise d’emballage, une absence de certificat d’authenticité ou de garantie sont autant d’indices d’une contrefaçon.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Assurever voit la vie en rose

Assurever voit la vie en rose

1945 vues
5 octobre 2022 0

À l’occasion d’Octobre Rose, la campagne nationale de lutte contre les cancers du sein,...

Tourisme Spatial : Messager met les points sur les i

Tourisme Spatial : Messager met les points sur les i

1588 vues
20 septembre 2022 0

Michel Messager, ex secrétaire général de l’Association professionnel de solidarité du tourisme, bien connu...

La Quotidienne reprend sa newsletter

La Quotidienne reprend sa newsletter

1708 vues
12 septembre 2022 4

Après une interruption d’une année pour cause de crise sanitaire, et de baisse drastique...