Oman fait table ouverte


Le Sultanat d’ Oman, qui peut capitaliser sur un exceptionnel patrimoine naturel et culturel, est depuis déjà deux ans victime d’une mauvaise image, amalgame malencontreux et injuste, du aux terribles événements chez ses voisins les plus proches, Yémen en premier lieu mais également un peu plus loin, Syrie et Egypte entre autres.

Maitha Al Mahrouqi-ministre tourisme Oman sultanatLa ministre du tourisme du Sultanat, Mme Maitha Al Mahrouqi (photo), présente en France, a organisé vendredi dernier dans les locaux de l’ambassade d’Oman à Paris, une table ronde, animé par Pierre-Eric Remoleux, le patron de Indigo Consulting, avec les principaux acteurs tour opérateurs, transporteurs et hébergeurs concernés par le tourisme à Oman , des officiels tels Christian Mantei (Patron d’Atout France), ainsi qu’avec une poignée de journalistes spécialisés et grand public pour dresser un état des lieux et envisager des pistes de développement pour la saison prochaine et
les suivantes.

Rania Khodr - Oman tourismeRania Khodr, la directrice de l’office de tourisme du sultanat en France a rappelé l’importance du tourisme pour Oman et l’importance du marché français, actuellement en 3ème position derrière le Royaume Uni et l’Allemagne, qui accuse une baisse de 11 % de fréquentation par rapport à 2014.

Et les chiffres sont toujours contrastés.

« Sur l’entrée de l’hiver, a ainsi précisé René Marc Chikli, le président du SETO, les chiffres remontent nettement« .

Tendance néanmoins tempérée par les deux grands tour opérateurs de la destination, NG Travel et Voyageurs, « avec des baisse de l’ordre de 20 à 30 % des réservations pour 2016 » selon Alain Capestan, co-dirigeant de Voyageurs du monde, lui aussi présent à cette table ronde.

Quand à Jean Paul Chantraine, le président d’Asia, lui aussi présent, il a confirmé la reprise de la destination auprès de ses clients et détaillé ses actions, notamment avec le programme Miles Attack, pour booster encore plus la fréquentation française du sultanat.

Une destination haut de gamme, sécurisée et différente des autres

La ministre a insisté sur les mesures prises par le gouvernement pour l’amélioration des infrastructures routières et aéroportuaires (à Mascate et à Salalah), la rénovation du centre historique de Mascate, mais aussi la possibilité pour des étrangers de devenir propriétaires à Oman, ce qui a favorisé l’investissement des grandes chaînes hôtelières telles Shangri-la, Kempinski, Fairmont ou Louis Vuitton entre autres.

Le Sultanat d’Oman reste une ainsi une destination de premier choix qui fait le pari d’un tourisme haut de gamme, responsable et différenciant, capitalisant sur un patrimoine très différent, par exemple, de celui de Dubaï.

On peut notamment y conjuguer la découverte du « désert des déserts », des randonnées ainsi que des séjours balnéaires. Avec également un grand nombre de sites classés au patrimoine de l’Unesco- notamment des forts.

« La sécurité est totale à Oman. Il n’y a aucune crainte à avoir et les clients peuvent y être envoyés en toute sécurité » a notamment indiqué Rania Khodr, confirmant les propos de sa ministre selon lesquels Oman avait été classé 9ème pays le plus sur au monde (quand la France occupe toujours, elle, le 62ème rang !).

Une des recommandations issue de cette très intéressante table ronde a d’ailleurs été de favoriser la connaissance de la destination par une politique encore plus dynamique d’éductours pour les professionnels et de voyages de presse avec un accent particulier sur la province.

Une desserte rapide et efficace

Le pays peut s’appuyer sur une compagnie nationale fiable et performante. Roccio Jolivet, la Directrice Générale pour la France, a rappelé ainsi l’expansion de la flotte Oman air, des lignes aériennes opérées, portées par le développement touristique du pays et par une activité économique importante.

Des points néanmoins d’amélioration

Le panier moyen reste toujours élevé ce qui fait d’Oman une destination souvent élitiste.
« Cela n’est cependant pas un frein, nos clients ont souvent les moyens et reviennent généralement deux à trois fois » précise Martine Santos, la Directrice de Secrets (Austral Lagons) qui regrette néanmoins, suivie par Carole Ange (Directrice de Tapis Rouge), le faible niveau des réceptifs locaux qui contraste souvent sur place avec l’excellence des hôteliers.

PR





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Un tourisme en ruines au Pérou

Un tourisme en ruines au Pérou


11 janvier 2022 0

Quelque 447 800 personnes ont visité la citadelle inca du Machu Picchu en 2021,...

L’ Irlande assouplit ses exigences pour les voyageurs vaccinés

L’ Irlande assouplit ses exigences pour les voyageurs vaccinés


10 janvier 2022 0

Tourism Ireland s’est réjoui de la décision du gouvernement de lever les exigences supplémentaires...

La guerre entre la Chine et Omicron sonne le glas du tourisme à Hong Kong

La guerre entre la Chine et Omicron sonne le glas du tourisme à Hong Kong


3 janvier 2022 0

Le nouveau variant omicron est énormément plus contagieux que les variants précédents du coronavirus....