Myferrylink vendu à « contrecoeur » par Eurotunnel aux danois


Eurotunnel affirme que c’est «à contrecoeur» qu’il a accepté de vendre Myferrylink à son concurrent danois DFDS.

Il aurait préféré, a t-il précisé, vendre l’entreprise et les deux navires (le « Berlioz » et le « Rodin »,) à la coopérative SCOP SeaFrance, plutôt qu’à DFDS mais « regrette que la Scop n’ai pas trouvé les investisseurs pour ce rachat« .

Le montant de la transaction n’a pas été révélé.

Eurotunnel a confirmé cette décision de vendre, malgré la récente décision de la cour d’appel britannique qui lui permettait de continuer ses liaisons transmanche, car il craignait la position des autorités de la concurrence du Royaume-Uni et de l’Autorité des marchés qui, selon Jacques Gounon, patron d’Eurotunnel, « ne lui laissaient aucune place« .

Dans son communiqué publié dimanche, Eurotunnel a déclaré qu’il «regrette que la SCOP SeaFrance n’ai pas eu le soutien nécessaire pour être en mesure de présenter une proposition de prise de contrôle».





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

La grande barrière de corail à portée de main

La grande barrière de corail à portée de main

1842 vues
10 juillet 2020 0

Cet été, la Grande Barrière de corail se visite à Monaco, les pieds au...

Pourquoi le Louvre rouvre seulement à 70 %

Pourquoi le Louvre rouvre seulement à 70 %

1752 vues
7 juillet 2020 0

Après désormais trois mois et demi de fermeture, le Louvre, le musée le plus...

Monaco : l’horizon s’éloigne encore pour les Croisières 

Monaco : l’horizon s’éloigne encore pour les Croisières 

1723 vues
30 juin 2020 0

Le gouvernement monégasque précise que les grandes unités de croisière ne seront plus accueillies,...