Le Zoo de Vincennes bientôt dans un an !


Le zoo de Vincennes ouvrira à nouveau ses portes en 2014. Il sera totalement rénové et ancré dans le XXIe siècle, offrant des voyages dans les biozones du monde entier.
Hier, le célèbre Zoo parisien (créé en 1934) organisait une visite en avant-première du grand chantier de sa rénovation initiée, il y a maintenant deux ans.

Avec aujourd’hui 45 pensionnaires, dont seize girafes, deux suricates et un grand koudou, il sera fin prêt pour accueillir, dès le début de l’année prochaine, pas moins de 170 autres espèces autour du fameux rocher artificiel de 65 mètres.

Ce zoo, si apprécié des visiteurs, était en péril en raison de l’état de délabrement de certaines structures, et fait aujourd’hui l’objet d’un partenariat public / privé en vue de sa rénovation.
Avec cinq biozones (la savane du Sahel, l’Europe, la Patagonie, Madagascar et la Guyane), le nouveau zoo de Vincennes devrait devenir, aux dires des responsables du Muséum national d’histoire naturelle (auquel il est rattaché) le plus beau zoo du monde.

« La priorité sera donnée au bien-être des animaux, explique Thomas Grenon, le directeur général, c’est notre vision du zoo du XXIème siècle« .





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme et Transport aérien : le Coup de grâce écologique

Tourisme et Transport aérien : le Coup de grâce écologique

1753 vues
3 juillet 2020 2

Tout le monde est bien d’accord sur la nécessité de sauvegarder notre planète ce...

Vacances d’été : les prix devraient baisser… ou pas

Vacances d’été : les prix devraient baisser… ou pas

2087 vues
2 juillet 2020 0

Depuis le début du confinement, le volume des ventes de billets d’avion a énormément...

Ouverture des frontières : des conseillers en voyage au bord de la crise de nerf 

Ouverture des frontières : des conseillers en voyage au bord de la crise de nerf 

8099 vues
1 juillet 2020 0

Dans les agences de voyage, il suffit d’interroger, non pas les patrons, mais les...