Le Maroc a bon dos


« Pour le Maroc, c’est d’autant plus rageant que nous étions sur une tendance très positive par rapport à nos voisins  » explique un professionnel hôtelier sur place.

Oui mais voilà, depuis le 24 septembre dernier, avec l’assassinat du français Hervé Gourdel, les chiffres de fréquentation du royaume chérifien ne cessent de baisser.

« L’absence des clientèles françaises et occidentales sur l’activité s’est faite ressentir à partir du 24 du mois« , mais « la baisse se poursuit depuis« , confirme le cabinet MKG qui vient de réaliser une étude sur l’activité des hôtels du Maroc, de Tunisie et d’Algérie.

Sur la première quinzaine d’octobre notamment, le chiffre d’affaires par chambre disponible des hôteliers marocains a baissé de 10,5 %, à cause du recul du taux d’occupation (-5,4 points) et d’une contraction de 2,1 % des prix moyens, « alors que le pays était sur une tendance de forte hausse depuis le début d’année (+8,3 % de chiffre d’affaires entre janvier et août) ».

Au Maroc, l’impact est visible à partir du 24 septembre, date à laquelle le groupe jihadiste Etat islamique avait annoncé la décapitation de l’otage, indique MKG.

Alors comment un meurtre indigne perpétré en Algérie peut-il avoir des conséquences autant néfastes sur l’économie touristique marocaine ?

L’amalgame bien sûr. Mais également, un climat sur place relativement tendu, malgré les efforts des autorités du royaume pour éviter tous les débordements :

Deux personnes accusées de faire de la « propagande » sur internet au profit du groupe jihadiste Etat islamique (EI) ont été la semaine dernière arrêtées dans le nord du Maroc, a annoncé le ministère de l’Intérieur. Un premier suspect a été arrêté à Al-Hoceima pour avoir publié sur internet des « écrits, des photos et des enregistrements » faisant l’apologie des « opérations terroristes sauvages » commises par les combattants du groupe EI, qui se sont emparés de vastes régions en Irak et en Syrie, selon le texte.

Le second, un « ancien détenu dans le cadre d’affaires de terrorisme« , a lui été interpellé mardi à Oujda (nord-est), a-t-on précisé. Il avait « fait allégeance au chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi » et appelait à mener des « opérations de destruction au Maroc« , à travers ses écrits sur internet.

De plus, un Marocain résidant habituellement en France, accompagné de ses deux filles de quatre et deux ans, a été interpellé à l’aéroport de Casablanca, alors qu’il tentait de rejoindre le groupe Etat Islamique via la Turquie.

Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur, l’homme désigné par les initiales N.R, avait déjà été arrêté en France et faisait l’objet d’un contrôle judiciaire. Il se trouvait en compagnie d’une Marocaine laquelle il a contracté un mariage coutumier, alors que son épouse française serait restée en France.

« Vous ne serez pas en sécurité où que ce soit en France ou dans les autres pays. Nous allons lancer des appels à tous les frères qui vivent en France pour tuer n’importe quel civil. Vous ne serez jamais à l’abri. Tous les meurtres que vous avez commis, vous allez le regretter »,  menaçait-il dans une video sur internet avant de passer le relais à deux autres hommes originaires du Maroc qui parleront eux en arabe.

Dans leur discours, ces deux derniers menacent clairement fois le Maroc, les touristes et les ressortissants américains qui y vivent.

« On dit à Amir Almouminine : Tu as des soldats qui aiment boire le sang des Américains chrétiens et la terre du Levant sera leur tombeau », déclare d’abord un homme armé, qui se fait appeler Abi Bilal Al Maghribi, affirmant se trouver là où la coalition internationale concentre ses frappes.

« Donnez gloire à vos frères de l’Etat islamique qui sont comme des montagnes, capables de protéger cette religion et ce califat islamique. Je dis à nos frères du
Manhaj (groupuscule extrémiste), mobilisez vous pour cueillir les têtes de ces mécréants, les têtes des Américains au Maroc », poursuit un autre combattant de Daesh, dénommé Abi Oussama Al Maghribi, arme également à la main.

Polisario-Daach en tandem ?

Une nouvelle preuve de l’implication du Polisario dans l’activité terroriste dans la poudrière sahélo-saharienne. « Un militaire du front séparatiste combattait bel et bien dans les rangs de Jound Al Khilafa, succursale algérienne de l’organisation d’Abou  » affirmait un grand quotidien marocain du soir le 15 octobre dernier.

Une mauvaise image sur les touristes

Le ministère des Affaires étrangères français a bien tenté d’amoindrir l’effet de sa communication, jugée très alarmiste par les professionnels. Mais pour l’instant sans grand effet, selon ces derniers, qui évoquent des annulations de dossiers, des reports de clientèle vers d’autres destinations que le Maghreb et un manque à gagner certain lié à la baisse des réservations vers l’Afrique du Nord.

Le Maroc quand à lui demande à la France de « réparer » une « injustice » en le retirant de la liste des pays où elle appelle ses ressortissants à une « vigilance renforcée« , a déclaré jeudi le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, fustigeant une décision « totalement incompréhensible« .





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

L’ Arabie Saoudite dévoile son énorme projet touristique

L’ Arabie Saoudite dévoile son énorme projet touristique


19 octobre 2021 0

Le Fonds d’investissement public (PIF) d’Arabie saoudite vient d’annoncer ses plans pour The Rig,...

Tourisme et coronavirus : La Thaïlande lève ses exigences de quarantaine sous conditions

Tourisme et coronavirus : La Thaïlande lève ses exigences de quarantaine sous conditions


12 octobre 2021 0

La Thaïlande va lever ses exigences de quarantaine pour les touristes entièrement vaccinés qui...

Comment à Paris, l’île Maurice se bat pour son tourisme

Comment à Paris, l’île Maurice se bat pour son tourisme


6 octobre 2021 0

Le Premier Ministre adjoint et ministre du Tourisme, Louis Steven Obeegadoo, est actuellement à...