La question des PGE à rembourser : une épine dans le pied des professionnels du Tourisme ?


PGE – Prêt garanti par l’Etat – sans lui beaucoup d’entreprises du tourisme et des voyages ne seraient plus là, ne l’oublions pas – Pour autant, la suite est difficile à écrire pour nombreuses de nos TPE.

En mars 2020, la fermeture brutale du pays a fortement impacté notre économie. Les acteurs du Tourisme à la veille de la saison ont vécu des moments de stress intenses et inédits.

Le Président de la République, le Gouvernement, les Parlementaires ont pris leurs responsabilités et ont mis en œuvre un arsenal de mesures : chômage partiel, fonds de solidarité, PGE et PGE Saison, report des acomptes, jauge pour réouverture ….. des propositions issues du terrain.

Rappelons ce qu’est le PGE – Prêt Garanti par l’Etat à hauteur de 90 % – mais qui dit prêt dit remboursement.

En tant que Présidente du Groupe Tourisme, à la pointe des négociations avec le gouvernement, nous avons observé 2 catégories de demandes PGE :
– Anticipation des entreprises sur leur éventuel besoin : placement de l’argent (cela concerne plutôt les grosses sociétés),
– Entreprises tendues en trésorerie qui ont immédiatement utilisé les fonds (cela concerne plutôt les petites).

Si une partie du fonds de soutien et de solidarité était bien de la subvention, les PGE en 2023 sont à rembourser, c’est un prêt, et pèsent très lourd pour de très très nombreuses entreprises freinant ainsi leur développement ou pire les contraignant à fermer.

Je pense qu’il serait nécessaire de faire l’inventaire de l’écosystème touristique afin de déterminer qui a épargné son PGE et combien cela lui a éventuellement rapporté, qui a utilisé son et commencé à rembourser et qui a utilisé son PGE sans pouvoir le rembourser.

En effet, c’est peut-être là que se trouve une nouvelle clé de répartition du RISQUE. Mesurons la garantie totale de l’état mise en jeu sur les PGE – puis déterminons à travers les PGE épargnés, remboursés et en cours de remboursement un éventuel nouveau curseur de la garantie de l’Etat.

Evidemment à ce stade, je ne peux m’exercer qu’à une théorie non chiffrée, mais si on constate que la garantie de l’Etat a diminué de moitié par exemple, pourquoi ne pas réfléchir sur une souplesse des modalités à accorder aux entreprises exprimant des difficultés dans ses remboursements.

Pascale Fontenel-Personne
Députée de la Sarthe de 2017 à 2022,
apparentée au groupe majoritaire.
En charge des questions du tourisme social





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Climatisation des aéroports : Venise adopte l’Intelligence Artificielle

Climatisation des aéroports : Venise adopte l’Intelligence Artificielle

2066 vues
23 février 2024 0

Ce chef-d’œuvre de l’ingénierie informatique s’appelle Sybil, il a été créé par Alperia, un...

SpeedMedia et Orchestra ensemble enfin

SpeedMedia et Orchestra ensemble enfin

2999 vues
21 février 2024 0

Les deux plateformes de distribution de voyages, Orchestra et SpeedMedia Services, viennent d’annoncer leurs...

Pourquoi Airbnb veut à tout prix se diversifier

Pourquoi Airbnb veut à tout prix se diversifier

2680 vues
19 février 2024 0

Airbnb fait face à une année de nouveaux défis après les résultats positifs obtenus...