La grande bataille des constructeurs


baroux-1Le magazine Air Transport World vient de publier un état de tous les appareils de plus de 15 sièges actuellement en service et en commande.
L’analyse de ces résultats est tout à fait instructive.

D’abord le constat des flottes actuelles.

25 032 appareils de plus de 15 sièges transportent les quelque 3 milliards de passagers qui constituent le marché du transport aérien.
Pas moins de 138 modèles d’avions différents sillonnent le ciel parmi lesquels on trouve encore quelques DC3 dont, faut-il le rappeler, le premier appareil a été mis en ligne en 1937 !

Le plus gros appareil en service est sans conteste l’Antonov 225 appareil cargo dont un seul exemplaire a été mis en circulation.

31 constructeurs se partagent le marché, certains un peu exotiques, comme par exemple Convair ou Casa voire Let ou Nam YS.

Des marques disparues résistent cependant au temps, telles que Mc Donnel Douglas ou Fokker qui ont encore un nombre d’appareils en service non négligeables.

Mais le gros des machines appartient aux deux plus grands constructeurs.

Boeing tout d’abord qui couvre l’essentiel du spectre depuis les plus gros appareils jusqu’aux 100 places.
Avec 9 929 appareils en service, Boeing représente 40 % du total.

Vient ensuite Airbus, assez loin derrière, il faut le dire avec 6 819 avions soit 27 % du parc. Il faut cependant souligner que Boeing a absorbé Mc Donnel Douglas qui lui-même avait déjà avalé Lookheed, alors que la croissance d’Airbus s’est fait de l’intérieur.

Le transport régional est plus modeste.

Le premier constructeur Bombardier fait voler 2 179 avions soit 9 % du parc alors que son grand concurrent Embraer n’a que, pourrait-on dire, 1 795 appareils en service soit 7 % de la flotte mondiale.

ATR se situe beaucoup plus loin avec seulement 776 appareils répartis sur uniquement deux types de machines : l’ATR 42 et l’ATR 72, alors que les grands constructeurs disposent d’une gamme beaucoup plus variée.

Si l’on sort les 4 principaux constructeurs : Boeing, Airbus, Bombardier et Embraer, il ne reste plus que 4 300 appareils soit 17 % de la flotte totale répartis sur 27 constructeurs. C’est assez dire la position dominante des 4 grands.

Très intéressant est l’examen des commandes à ce jour.
9 751 appareils sont actuellement en attente de fabrication. Mais la répartition des fabricants est très différente des marques précédentes.

Alors que dans les flottes actuelles Boeing et Airbus représentent 67 % du parc, les deux constructeurs trustent 87 % des commandes.
Autrement dit leur position très dominante s’est encore renforcée.

La part de marché de Bombardier et Embraer s’est, elle, effondrée à respectivement 1 % et 3 % du total et Embraer est passé largement devant son concurrent.
Il faut dire que les deux grands constructeurs ont développé de nouvelles technologies qui ont véritablement « boosté » les commandes : Airbus avec ses modèles NEO et 350 et Boeing avec les MAX et 787, alors que les constructeurs régionaux n’ont pas apporté de réelles avancées.

Alors que 31 constructeurs se répartissent les flottes actuelles, seuls 16 entrent dans la liste des récepteurs de commandes et encore faut-il noter que 4 d’entre eux ont moins de 10 appareils en commande.

Il faut également remarquer l’arrivée sur le marché de nouveaux constructeurs qui n’apparaissent pas pour le moment mais qui sont positionnés pour le futur. Tous sont asiatiques ou russes. La Chine en place deux : Comac et Xian, le Japon arrive avec Mitsubishi et la Russie s’inscrit dans le concert avec Sukhoi.

Pas moins de 11 constructeurs occidentaux ont disparu entre la liste des appareils actuellement en service et la liste des commandes.
La concentration a été impitoyable et la diversité de l’offre ne provient que des nouveaux pays qui souhaitent se tailler une place dans ce secteur d’activité si stratégique. Notons également que la taille moyenne des avions en commande augmente singulièrement. La part des appareils situés entre 100 et 350 sièges passe de 57 % dans les flottes actuelles à 87 % dans le carnet de commandes.

Cela n’est pas surprenant car il faudra bien absorber une demande dont le taux de croissance se maintient à 5 % par an, soit un doublement tous les 12 ans. Par contre notons que la part de commande des très gros appareils : plus de 350 sièges, diminue fortement, passant de 6 % à 2 %

Pour le moment Boeing et Airbus dictent leur loi, mais pour combien de temps ?

L’arrivée des nouveaux constructeurs basés au milieu d’un marché en très forte expansion, pourrait bien changer la donne.

Après tout, dans les 20 dernières années on a vu disparaître nombre de très gros avionneurs tels que Mc Donnel, Douglas, Fokker, Lookheed et j’en oublie certainement.

Jean-Louis BAROUX





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Les multiples vies d’ Alitalia : grandeur et décadence d’un Capocannoniere

Les multiples vies d’ Alitalia : grandeur et décadence d’un Capocannoniere

1498 vues
21 octobre 2020 1

L’histoire de cette compagnie est pour le moins compliquée. Il faudrait la plume d’un...

Un passeport tourisme anti-covid expérimenté cette semaine

Un passeport tourisme anti-covid expérimenté cette semaine

2727 vues
20 octobre 2020 0

Un groupe de passagers va bientôt s’envoler de Grande-Bretagne vers les États-Unis en utilisant...

Tourisme et transport : Le trafic entre le royaume uni et l’Europe en grand danger

Tourisme et transport : Le trafic entre le royaume uni et l’Europe en grand danger

1650 vues
19 octobre 2020 0

Le secrétaire britannique aux Transports, Grant Shapps, a sonné l’alarme la semaine dernière lors...