La deuxième compagnie aérienne indienne dans la tourmente


Jet Airways, deuxième compagnie aérienne indienne après Indigo, traverse une crise financière importante. Les salaires des employés sont partiellement payés. Des pilotes se font porter malade dans la mesure où ils ne reçoivent pas leurs salaires. Plusieurs dizaines de vols ont ente annulés faute de pilote. Que va-t-il se passer maintenant ?

Des discussions avec le puissant groupe Tata

Tata Sons avait été en pourparlers avec Jet Airways pour un rachat de participation, mais le conseil d’administration a conseillé de faire preuve de diligence raisonnable sans s’aventurer dans une proposition d’investissement. Le groupe Tata qui était cité comme le repreneur possible n’est plus le principal sauveur de la compagnie aérienne indienne.

Etihad serait désormais le principal candidat au sauvetage de la compagnie aérienne

Jet Airways et Etihad Airways sont en discussion pour qu’une entité indienne puisse s’associer avec Etihad pour acquérir une participation majoritaire et un contrôle de gestion dans Jet Airways. Des sociétés de private equity auraient été approchées.

Etihad pourraient porter sa participation dans sa compagnie aérienne de 24 % actuellement à 49 %. Il faut savoir qu’étranger ne peut pas avoir de contrôle de gestion dans une compagnie aérienne indienne, ce qui a accéléré la recherche d’un partenaire indien.

Des réunions avec la famille royale saoudienne

Le patron de Jet Airways s’est rendu déjà à Abu Dhabi pour rencontrer non seulement la direction d’Etihad, mais également la famille royale, dont le prince héritier Mohammed bin Zayed bin Sultan al-Nahyan.

Ces réunions ont permis de reprendre les discussions entre les deux compagnies après qu’Etihad eut manifesté son désintérêt pour de nouveaux investissements.

Etihad a également le droit de premier refus, un avantage crucial à une époque où le fondateur de Jet Airways est à la recherche d’investisseurs. Pour parfaire un éventuel accord, Jet Airways a nomme Robin Kamark, patron des investissements d’Etihad, au conseil d’administration de Jet Airways.

Etihad conserve ses actifs dans d’autres compagnies aériennes

Etihad a le soutien financier du gouvernement saoudien. La compagnie aérienne va encore perdre de l’argent mais se rapproche de son allié Emirates pour certaines fonctions.

Par ailleurs, le compagnie aérienne possède encore des participation minoritaires dans des compagnies aériennes comme Virgin Australia, Air Serbia, and Air Seychelles.

Sauf de nouveaux rebondissements, Etihad devrait reprendre vraisemblablement une participation de 49 % dans Jet Airway avec le soutien d’une société de financement.

Mais selon les observateurs « cette fois Etihad va devoir éviter les erreurs commises chez Alitalia ou Air Berlin« .

A suivre
Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Trafic aérien : La France est-elle toujours championne en gestion aéroportuaire

Trafic aérien : La France est-elle toujours championne en gestion aéroportuaire

1466 vues
18 février 2020 0

Il n’y a pas trop de secteur d’activité où la France peut s’enorgueillir d’une...

Tourisme et Coronavirus : un double fléau, humain et économique

Tourisme et Coronavirus : un double fléau, humain et économique

1759 vues
17 février 2020 0

L’épidémie du Covid-19 – tel est le nom donné à ce coronavirus – n’est...

Tourisme et coronavirus : Le calvaire des touristes bloqués sur le Diamond Princess

Tourisme et coronavirus : Le calvaire des touristes bloqués sur le Diamond Princess

1712 vues
14 février 2020 0

La mise en quarantaine des navires de croisière est une expérience de santé publique...