Du baume vert pour la grande bleue


Les pays ont franchi une étape majeure vers de vastes protections des océans de la planète après avoir accepté un traité historique des Nations Unies, après des années de négociations tendues sur la question.

Le Traité des Nations Unies sur la haute mer permettrait la création d’aires marines protégées (AMP) et permettrait d’autres efforts de conservation en haute mer – des zones océaniques qui existent en dehors des frontières nationales et qui n’ont jamais eu auparavant de mécanisme juridique pour les couvrir.

Cela équivaut à environ les deux tiers de tous les océans du monde, où l’exploitation humaine, y compris la surpêche, la pêche illégale et l’exploitation minière des fonds marins, ainsi que le changement climatique, font peser d’énormes menaces sur des écosystèmes critiques.

Avec l’accord du traité, qui a été négocié au siège des Nations Unies (ONU) à New York sous la présidence de Mme Rena Lee, ambassadrice de Singapour pour les océans et le droit de la mer et envoyée spéciale du ministre des Affaires étrangères affaires, il y aura désormais un cadre pour protéger la biodiversité des océans.

Le traité devra encore être ratifié et promulgué par les États membres, mais il donne un élan à l’engagement mondial 30×30 de protéger au moins 30 % des terres de la planète et 30 % de ses mers d’ici 2030.

Cette percée a été saluée par le ministre des Affaires étrangères de Singapour, Vivian Balakrishnan.

Dans un message sur Facebook, le Dr Balakrishan a décrit le traité comme « une réalisation opportune et une étape majeure dans la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité dans nos océans, et contribuera grandement à la protection de nos biens communs mondiaux« .

Qu’est ce que la haute mer et pourquoi la protéger ?

La haute mer est un océan ouvert qui ne relève de la juridiction d’aucun pays. Ils couvrent près de la moitié de la surface de la planète.

Parce qu’il n’est pas possédé, de nombreuses parties de l’océan à travers le monde sont fonctionnellement anarchiques. Bien qu’il existe certaines règles, celles-ci sont difficiles à appliquer et sont souvent de nature fragmentée.

Les règles ont tendance à se concentrer sur des questions uniques – comme l’exploitation minière, la pêche ou la navigation – plutôt que sur un objectif de protection de la biodiversité.

Les zones océaniques situées en dehors des territoires des pays individuels sont donc vulnérables à une série d’activités humaines dommageables.

La haute mer devient également plus fréquentée à mesure que les voies de navigation s’étendent et que les pays parcourent le monde pour nourrir leurs populations affamées. De ce fait, la pollution est un enjeu transnational majeur.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Encore des grèves à prévoir

Encore des grèves à prévoir

2209 vues
30 mai 2024 0

Après la grève massive des contrôleurs aériens au mois d’avril et celle du week-end...

Delta Air Lines assure le plus grand programme estival de son histoire

Delta Air Lines assure le plus grand programme estival de son histoire

2337 vues
29 mai 2024 0

En cet été 2024, la compagnie américaine Delta Air Lines assure le programme le...

Turbulences aériennes, quelles sont les routes où ça secoue le plus ?

Turbulences aériennes, quelles sont les routes où ça secoue le plus ?

3285 vues
28 mai 2024 0

Les turbulences aériennes comme celle subie dernièrement par l’avion de Singapore Airlines, en provenance...