Deal perdant-perdant au procès Airbus contre Qatar


La bataille judiciaire entre Airbus et Qatar Airways a fait deux gagnants et d’innombrables perdants. Parmi les gagnants figurent en premier lieu les avocats, dont les honoraires équivalent largement à celui du prix d’un gros avion, et en second lieu la presse, qui a désormais un véritable feuilleton à raconter sur la façon dont sont négociées les grandes opérations aériennes, une information habituellement inaccessible.

Parmi les perdants figurent tous les autres, et probablement aussi les justiciables, dont même le Qatar le soit disant vainqueur du procès.

Et même Boeing, qui n’a aucune part dans ce conflit, va se faire éclabousser.

Vendredi dernier, lors de l’audience qui s’est tenue à Londres, les avocats d’Airbus ont exigé de voir les contrats d’achat de l’avion 737Max que le Qatar dit avoir dû acheter lorsqu’Airbus a annulé la vente de l’A321 que la compagnie aérienne du Golfe avait acquis.

Dans le milieu aéronautique, l’annonce de l’achat de ces appareils s’était faite si rapidement par rapport à l’annulation de la vente de l’A321, que beaucoup n’y croiaint pas, estimant que c’était un coup de bluff, qui provoquerait un fort impact également à l’image de Boeing.

Les juges ont accepté la demande d’Airbus, faisant ainsi apparaitre désormais un autre protagoniste qui pourrait mal s’en sortir, même s’il n’est pas partie prenante dans le conflit.

Le procès se déroule devant le tribunal de Londres et a d’innombrables ramifications.

D’une part, la question sous-jacente est de savoir si le Qatar a ou non le droit d’arrêter son contrat sur les avions A350 et de demander une compensation financière.

Si les juges acceptaient l’idée d’Airbus, que l’avion ne présente que des dommages externes qui n’affectent pas la sécurité, le Qatar n’aurait pas raison dans sa demande.

Un peu plus compliquée cependant est la décision sur une conséquence de ce conflit : Airbus, en plus d’annuler toutes les ventes d’A350, a également annulé un contrat de vente de 50 A321, un avion très prisé par Qatar Airways, sans que la compagnie aérienne n’en ait fait mention dans le procès.

Lors de cette annulation, notent les experts « il a fallu très peu de temps au Qatar pour annoncer l’achat du Boeing plus ou moins équivalent au A321« .





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Qui va mettre la main sur les slots de Flybe ?

Qui va mettre la main sur les slots de Flybe ?


8 février 2023 0

Les compagnies aériennes Lufthansa et Air France ont manifesté leur intérêt pour acquérir les...

Une future révolution du tourisme en Europe ?

Une future révolution du tourisme en Europe ?


7 février 2023 0

Bonne nouvelle pour le tourisme en Europe : Le Danemark et l’Allemagne seront bientôt...

Hotellerie-transport : pourquoi les Etats Unis veulent plus de clarté dans le tourisme

Hotellerie-transport : pourquoi les Etats Unis veulent plus de clarté dans le tourisme


6 février 2023 0

Le président des États-Unis veut promulguer une loi contre les frais cachés appliquée par...