Comment la situation des hôtels se dégrade à vitesse grand V


La première enquête menée du 23 au 29 décembre 2021 auprès de 3 000 professionnels permet de constater l’impact immédiat des mesures sanitaires annoncées par le gouvernement sur les pratiques et les intentions des clients des hôtels, cafés, restaurants et traiteurs organisateurs de réceptions (TOR).

Le premier enseignement à tirer de cette enquête, explique l’UMIH, est que les annonces du Premier Ministre en date du 10 décembre 2021 ont provoqué un véritable tsunami d’annulations des réservations.

Le secteur de l’hôtellerie notamment a vu le stock de ses réservations fondre comme neige au soleil quand, dans le même temps, les nouvelles réservations s’interrompaient de façon quasi-totale.

Ainsi alors que dans les semaines précédant les restrictions annoncées par le gouvernement, la tendance des annulations était de l’ordre de 10 à 15 %, elle a soudainement grimpé à la suite des annonces du Premier Ministre dans la semaine 50 qui a suivi : le nombre des annulations a grimpé à tel point que 40 % d’hôtels ont déclaré perdre au moins 50 % de leurs réservations et même 2 hôtels sur 3 perdre au moins 30 % de leurs réservations.

Le second enseignement est que ces annulations de réservations ont eu un fort impact sur la rentabilité économique des hôtels cafés, restaurants et TOR.

L’hôtellerie enregistre une baisse de chiffres d’affaires proportionnellement plus importante que le nombre des réservations. En effet, en semaine 50, 42 % des hôtels ont perdu au moins 50 % de leur chiffre d’affaires et 74% ont perdu au moins 30 % de leur chiffre d’affaires.

En semaine 51, 50 % des hôteliers perdent au moins 50 % de leur chiffre d’affaires et 56 % en semaine 52.

En semaine 51, 78% des hôteliers perdent au moins 30 % de leur chiffre d’affaires et 80% en semaine 52.

Les réservations annulées viennent de touristes étrangers plus dépensiers que les clients français.

« Enfin, et c’est le 3ème enseignement, cette tendance se poursuit dans les premières semaines de l’année 2022. Au moins un hôtelier sur deux a perdu entre 80 % et 100 % de ses réservations de début d’année« .

Forts de ces constats, le GNI, le GNC, le SNRTC et l’UMIH demandent que les mesures d’accompagnement annoncées en début de semaine soient adaptées.

« Il est indispensable d’indemniser les entreprises du fait des nouvelles mesures sanitaires mises en œuvre comme l’interdiction de consommer debout ou encore l’instauration de jauges qui viennent s’ajouter à l’interdiction des moments de convivialité professionnels, au télétravail obligatoire ou au passe sanitaire.

L’indemnisation promise par le gouvernement doit être à la hauteur de la gravité de la situation. Il faut muscler les mesures proposées par le gouvernement, insistent les organisations professionnelles, d’autant plus que le Ministre les a assurés qu’il s’agissait d’un effort de quelques semaines seulement« .





    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

2021 annus horribilis pour le tourisme et l’hôtellerie

2021 annus horribilis pour le tourisme et l’hôtellerie

1313 vues
19 janvier 2022 0

Après une année 2020 sans précédent, 2021 a marqué  la lente remontée des performances...

Comment Marriott va implanter sa marque W en Grèce

Comment Marriott va implanter sa marque W en Grèce

1364 vues
17 janvier 2022 0

Le grand groupe hôtelier Marriott International a signé un accord avec Temes, un développeur...

Le Palm Beach de Cannes en chantier : un investissement monstrueux !

Le Palm Beach de Cannes en chantier : un investissement monstrueux !

2353 vues
14 janvier 2022 0

Occupant un des plus beaux sites de la Côte d’Azur, en l’occurrence la pointe...