Cediv : Adriana réélue, Laurent Abitbol nouvel administrateur


C’est dans le cadre du salon IFTM Top Resa qu’avait lieu hier les élections pour la présidence du Cediv, le réseau des agences de voyages indépendantes.

Sans surprise, c’est Adriana Minchella, la présidente actuelle, qui recueillant 95,7 % des voix (sur les 128 licences votantes) a été réélue pour 5 ans à la présidence du Cediv avec, autre fait marquant, Laurent Abitbol, patron de Marietton-Voyamar, qui entre au conseil d’administration du réseau.

Le rachat des points de ventes Auchan Voyages, adhérent historique du Cediv, n’est bien sûr pas étranger à l’arrivée de Laurent Abitbol au Cediv mais ce qui a surpris les observateurs, c’est son implication à peser sur les décisions du réseau en se présentant volontairement au poste d’administrateur.

Cediv-election Adriana Minchella-IFTM 2015« Je remercie l’ensemble des adhérents pour leur confiance  » a réagi Adriana Minchella qui a, sans langue de bois, loué le dynamisme et l’implication des adhérents, leur solidarité notamment pendant les crises traversées durant sa première mandature.

Concernant l’arrivée de Laurent Abitbol, elle n’a pas caché sa satisfaction reconnaissant le bond en avant que cela représentait, concrètement et symboliquement, pour le réseau.

« Laurent a pour objectif de faire grandir le réseau Auchan, nous bénéficierons mécaniquement de cette dynamique« .

Rappelons qu’Auchan Voyages représente aujourd’hui 11 agences de voyages, un plateau d’affaires et un site internet.

Réseau moderne, au fonctionnement low cost (c’est à dire optimisé, sans dépenses somptuaires), le Cediv fait, depuis quelques années déjà, partie des grands réseaux français et a su, c’est le grand mérite d’Adriana Minchella, rester sur les valeurs de 2003 (date de sa création) de partage et d’indépendance.

Il a séduit quelques poids lourds à Paris et en province, qui ont pour certains décidé de quitter leur ancien réseau pour signer au Cediv.

Parmi les chantiers que devra aborder la nouvelle présidente, on notera son obligation d’innover, pas d’autre choix, pour trouver des éléments de différenciation, notamment au niveau technologique pour améliorer sa rémunération.

Fiabiliser la billetterie notamment, pour quelle devienne rentable et totalement sécurisée.

Avec, autre point crucial, la structure juridique du réseau, certains observateurs pointant du doigt le choix du GIE jugé dangereux en terme de responsabilités.

A cette structure, pourrait aisément se substituer une structure coopérative, plus adaptée, avec, de plus, la possibilité par les cotisations d’augmenter les fonds propres et d’accélérer le développement notamment technologique. Pistes que devra aborder la présidente.

La question de la représentativité des agences et de leurs poids au sein du Cediv est également posée. Aujourd’hui par exemple, Voyages Auchan représente une seule voix pour les votes mais quid des futurs achats de Laurent Abitbol (on parle des agences Havas évidement) qui bousculerai fondamentalement l’équilibre actuel du réseau en termes de licences ?

PR





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Pourquoi les problèmes financiers de Thomas Cook ne sont pas encore réglés ?

Pourquoi les problèmes financiers de Thomas Cook ne sont pas encore réglés ?


26 août 2019 0

Tout le monde était persuadé que le groupe Thomas Cook (TC) allait pouvoir être...

Thomas Cook passe sous le contrôle des chinois

Thomas Cook passe sous le contrôle des chinois


12 juillet 2019 0

Aujourd’hui, Thomas Cook annonce mener des discussions avancées avec le conglomérat chinois Fosun Tourism...

Les voyages font un tabac ? Resaneo sort une marque blanche pour les buralistes

Les voyages font un tabac ? Resaneo sort une marque blanche pour les buralistes


12 juillet 2019 0

Fort de plus de 300 marques blanches installées sur les sites d’agences de voyage,...