Business ou djihadistes : il faut choisir


Quarante pays sont pointés du doigt par le site du Ministère des Affaires Étrangères !

La belle affaire.

Surtout que la plupart d’entre eux, si ce n’est la totalité, est depuis longtemps en rouge ou en jaune sur les cartes du site en question.

D’abord, j’ai du mal à croire que le consommateur consulte les avis de notre administration concernant ses vacances. Sans doute les entreprises le font-elles, mais c’est parce qu’elles sont directement responsables de leurs employés pendant leurs déplacements.

En revanche, si ce réflexe existe chez le voyageur loisirs, c’est le plus souvent après, lorsqu’il y a eu un pépin grave durant le séjour ; et c’est surtout son avocat qui va chercher ce type d’informations, idéales pour enrichir un dossier à charge.

Ensuite, ce même touriste estime qu’un TO sérieux et qu’une agence qualifiée ne peuvent pas lui proposer une destination à risque.

C’est à son avis la première et la plus implicite de leurs nombreuses compétences obligatoires.

Le touriste français a grandi avec la protection du consommateur dans ses gènes… À ses yeux, c’est un « droit acquis », au même titre que les 35h ; il ne reviendra jamais dessus.

D’ailleurs et à juste titre, les professionnels du tourisme, comme ceux du voyage en général, l’ont accompagné dans cette évolution.

À la fois sous une pression réglementaire et une jurisprudence nationales ou européennes qui ont poussé le bouchon très loin, jusqu’au principe de précaution ; et par un intérêt suffisamment bien compris pour faire de cette protection un argument marketing, au moins sur le plan financier.

Pour le consommateur lambda qui va laisser un ou plusieurs milliers d’euros sur le comptoir, c’est donc au TO et à l’agence de se tenir précisément informés sur le risque de chacune des destinations proposées.

Ce n’est pas à lui, le client, de s’en charger ; lui, il paye !

Aux professionnels de rendre le service vendu.

Partant de là, on peut ergoter sur le bien-fondé ou sur l’interprétation exacte des avertissements du Ministère, le client qui pense à ses vacances s’en contrefiche éperdument.

Ce qui compte pour lui, c’est ce qu’il voit, ce qu’il entend, ce qu’il lit tous les jours.

Et là, les professionnels ne sont pas dans le coup.

Leurs compétences si extrêmes soient-elles ne sont ni contestées ni remises en question, elles sont juste impuissantes, inopérantes devant l’actualité.

Quand la presse française relaie les cris « Jihad » et « Daesh » lancés à Casablanca, en plein match, par les supporters d’une petite équipe de foot marocaine, le touriste français, le touriste européen aussi sans doute, s’inquiète de son sort potentiel si il lui arrivait d’en croiser un pendant son séjour.

Peut-on s’en étonner ? Peut-on s’en indigner ? Peut-on même le lui reprocher ?

Dans les circonstances présentes, ce serait vain et déplacé.

Tout comme il serait vain et déplacé de nier la peur du consommateur en se contentant de condamner un dangereux « amalgame ».

Quand, dans certaines banlieues, vous ne sortez plus de chez vous le soir parce que les rues ne sont pas sûres, vous accuse-t-on d’insulter par « amalgame » toute la population de la ville ?

Désormais, les Français ont peur de se rendre dans les pays musulmans ; sont-ils les seuls…

Regardez la chute vertigineuse des réservations françaises au Maroc : 50 % !

Inutile de répliquer en disant que les attentats islamistes pourraient tout aussi bien se produire en France.

Chaque Français le sait bien… et pour cause, il vu Merah, il a aussi connu les attentats.

Le problème c’est qu’il n’a pas le choix. En France, il y habite ; et il compte sur l’État pour assurer sa sécurité.

L’unique question qui vaille est donc de savoir comment ramener les touristes dans les pays musulmans.

Autant dire, comment rétablir une vraie sécurité quotidienne dans ces pays ?

Son Excellence le Grand Mufti d’Arabie Saoudite s’est clairement exprimé à ce propos ; il a appelé tous les dirigeants musulmans à frapper « d’une main de fer » les djihadiste de l’État islamique (Le Figaro du 3/10). »

Il a raison certainement.

C’est en effet aux gouvernements concernés de prendre leurs responsabilités ; et toutes les promotions, toutes les publicités du monde, n’y changeront rien tant qu’ils ne les prendront pas officiellement à bras le corps.

Au-delà des discours, au-delà plus encore des efforts que pourront faire les professionnels du tourisme et du voyage, c’est aux pays concernés, et à eux d’abord, de choisir ce qu’ils veulent : du business ou des djihadistes ?

Bien identifier le problème, dit-on, c’est déjà presque y répondre… Alors n’ayons pas peur d’en parler.
Bertrand Figuier





    1 commentaire pour “Business ou djihadistes : il faut choisir

    1. En ce qui concerne l’Egypte elle a commence depuis longtemps a faire du menage dans ces milieux integristes et s’est fait montrer du doigt et meme retrouvee rejetee par l’occident et les Etats Unis. Les  »cellules » sont dans le Sinai ou elles sont tres bien cernees par l’armee et la police. Beaucoup de touristes ont peur de venir dans toute l’Egypte et plus particulierement la vallee du Nil a cause de ces cartes tres alarmantes et pas rassurantes que le quai d’Orsay a publie sur ses pages. Nous sommes la sur place pour rassurer nos clients qui nous font grande confiance. Si a un moment nous sentions qu’il y a vraiment une faille dans la securite nous n’hesiterions pas a reporter les voyages mais pour l’instant et ce depuis le debut de la  »revolution » il n’y a jamais eu aucun probleme dans cette partie de l’Egypte tres securisee. Quand aux policiers a bord des bateaux de croisiere il y en a toujours eu (cela fait 20 ans que je les vois a bord) – ce n’est pas donc nouveau. Par contre nous n’en avons pas a bord des bateaux traditionnels a la voile.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Cathay Pacific passe clairement dans le rouge

Cathay Pacific passe clairement dans le rouge

1330 vues
23 octobre 2020 0

La compagnie aérienne Cathay Pacific Airways de Hong Kong va supprimer environ 6 000...

La covid-19, cette microscopique tueuse de tourisme

La covid-19, cette microscopique tueuse de tourisme

1833 vues
22 octobre 2020 0

Déjà plus d’un million de morts dans le monde dont plus de 30 000...

Les multiples vies d’ Alitalia : grandeur et décadence d’un Capocannoniere

Les multiples vies d’ Alitalia : grandeur et décadence d’un Capocannoniere

1957 vues
21 octobre 2020 1

L’histoire de cette compagnie est pour le moins compliquée. Il faudrait la plume d’un...