«Boracay est une fosse septique» selon le président des Philippines


Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Boracay, il s’agit d’une petite île au centre des Philippines. Elle est célèbre pour ses complexes touristiques et ses plages. Le long de la côte ouest, la fameuse plage de White Beach. La plupart des photos de Boracay sont prises à cet endroit. Comme dans de nombreux lieux paradisiaques, il y a l’envers du décor.

Les Philippines, une destination en vogue ?

L’office du tourisme, représenté en France par Interface Tourisme (comme les Maldives) affirme que le tourisme est en progression. Nous avons quand même quelques doutes, comme sur les chiffres du tourisme en France par ailleurs. Car si les chinois et les sud-coréens viennent en nombre, il est difficile de croire que les Européens se précipitent vers cette destination. Il y a plusieurs raisons à cela : c’est loin, le trajet en avion n’est pas direct et les informations sur la politique locale n’aident pas.

Le président Dutertre se complaît dans les grossièretés

Rodrigo Duterte, ancien maire de Davao, sur l’ile de Mindanao, a été élu Président au printemps 2016. Il aimait parader sur sa Harley Davidson, avec une arme à la ceinture. Il a dirigé la ville plusieurs années d’une main de fer, Davao étant réputée pour sa grande criminalité.

Les défenseurs des droits de l’Homme le soupçonnent d’avoir mis en place de véritables escadrons de la mort. Il aurait fait tuer plus de 1.000 personnes. Il est par ailleurs coutumier des grossièretés. Rodrigo Duterte avait provoqué une nouvelle polémique en qualifiant l’ambassadeur des Etats-Unis «d’homosexuel » et de «fils de pute ». Mais il y a plus grave …

Il a lancé une campagne meurtrière sans précédent

Au moins 8 000 personnes auraient trouvé la mort. Mais de nombreux experts évoquent une hécatombe atteignant les 20 000 victimes, essentiellement parmi les plus défavorisés, quasiment privés de toute protection légale.

Selon les autorités, ces personnes auraient illégalement consommé des drogues ou se seraient livrées au trafic de stupéfiants. Ces exécutions auraient été réalisées en dehors de tout cadre légal et ont été encouragées par le président philippin.

La Cour pénale internationale (CPI) va se pencher sur la guerre antidrogue du président philippin Rodrigo Duterte. Il était temps !

En attendant, Boracay a de sérieux problèmes environnementaux

Les inondations touchent désormais 90 % de l’ile car, selon les habitants, on constate une absence d’un système de drainage adéquat.

Le développement immobilier des zones humides naturelles qui fonctionnaient auparavant comme une éponge naturelle, absorbaient l’excès d’eau. Les arrivées de touristes ont également continué de croître, augmentant la charge sur le système de drainage.

Certains établissements déversent leurs eaux usées à la mer

Parmi les 150 établissements commerciaux récemment inspectés seulement 25 étaient connectés au réseau des eaux usées. Il y a quelques semaines à peine, le service chargé des études environnementales dans les Visayas occidentales avait signalé que le niveau de bactéries coliformes qui se jette dans la mer à Bulabog Beach à Boracay dépassaient les normes de sécurité, atteignant 47 460 mpn pour 100 ml.

Le niveau de sécurité recommandé pour la natation et les autres activités navales doit être au maximum de 1 000 mpn pour 100 ml. La plage de White Beach aurait des taux plus raisonnables.

Les eaux sont polluées et accélèrent la poussée d’algues

Le niveau dangereusement élevé de bactéries coliformes suggère que les eaux au large de la plage de Bulabog sont contaminées par les déchets humains et animaux.

Les résultats semblent confirmer les récents témoignages sur l’odeur désagréable de cette plage ainsi que la prolifération d’algues sur toutes les plages de sable de l’île.

Au moins sur ce point, le président Dutertre a raison de qualifier Boracay de « fosse septique ». Le vrai problème est que Boracay attire plus de deux millions de touristes par an et apporte plus d’un milliard d’euros.

Selon un document réalisé par des professeurs japonais de l’Université Kagoshima, la dégradation de l’île devient endémique. Le développement du tourisme est à l’origine de l’érosion du sable, la pollution côtière et les changements environnementaux.
C’est triste si rien n’est fait rapidement !

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Kuoni : la remplaçante d’Eros Donadello est déjà en place

Kuoni : la remplaçante d’Eros Donadello est déjà en place

1751 vues
9 juillet 2020 0

Après une longue carrière dans le Tourisme, Eros Donadello, le Directeur Général et Directeur...

Un nouveau président pour le Palais des festivals de Cannes

Un nouveau président pour le Palais des festivals de Cannes

1217 vues
25 juin 2020 0

Jean-Michel Arnaud vient d’être élu sur proposition du maire David Lisnard, qui fut lui...

Avec Kappa et Coralia, le tourisme façon Philippe Sangouard

Avec Kappa et Coralia, le tourisme façon Philippe Sangouard

2314 vues
22 juin 2020 0

Dans le tourisme, tout le monde connait Philippe Sangouard. Durant son parcours professionnel, il...