Bataille rangée entre guides professionnels tourisme et « greeters « 


L’Association des guides-conférenciers Sud-Provence reproche à l’office de tourisme de Nice de promouvoir les greeters, ces niçois bénévoles qui proposent la découverte de la ville à leur façon. L’association demande à l’office de cesser la communication pour cette pratique et mettre plutôt en avant le travail des guides-conférenciers. La situation s’est exacerbée avec la crise et l’absence notamment des touristes internationaux en raison de la pandémie. Des touristes qui constituent le plus gros de leur clientèle.

Depuis 2013 l’office du tourisme met en avant les « greeters » surnommés à Nice les « ambassadeurs » souvent des personnes motivés qui veulent faire découvrir leur ville aux visiteurs sans ce faire payer. Ils proposent leurs bonnes adresses et font découvrir des quartiers ou des sites moins connus.

Mais pour les guides conférenciers : « sans véritable connaissance et expertise, » ils peuvent entrer non seulement en concurrence « déloyale » avec l’offre des guides-conférenciers mais donner une information erronée ou contradictoire avec ce qu’ils proposent.

« Rien n’est vérifié« . L’office se défend est souligne que les guides conférenciers sont également promus par l’institution. Selon l’office en 2019 environ 370 touristes ont été guidés par ces greeters qui ont proposés 180 ballades dans la ville. Cette forme de guides bénévoles est déjà contestée ailleurs.

A Caen (Calvados) et Marseille (Bouches-du-Rhône), par exemple, les offices de tourisme ont décidé de ne plus promouvoir ce type de service.

Michel Bovas





    4 commentaires pour “Bataille rangée entre guides professionnels tourisme et « greeters « 

    1. Très bon article qui montre les dérives de certains offices de tourisme (heureusement, tous les offices de tourisme ne sont pas concernés) qui promeuvent les Greeters en lieu et place des guides-conférenciers, qui ont fait des études à minima à bac+3 (licence de guide-conférencier) et pour certain.e.s à bac+5 (master avec option guide-conférencier). Les deux peuvent coexister, si chacun respecte ses prérogatives. Un greeter, non formé à la médiation culturelle, peut très bien donner les bonnes adresses à de nouveaux arrivants, par exemple où trouver de bons croissants dans le quartier ou les supermarchés les mieux achalandés, mais s’il fait des visites gratuites plus patrimoniale (par exemple sur l’architecture des bâtiments, etc), alors il sort de son cadre, surtout si l’office de tourisme le propose au lieu d’une prestation payante d’un guide-conférencier.

    2. Il faut attaquer la mairie pour incitation au travail dissimulé, concurrence déloyale, non respect de la réglementation dans les villes d’art et d’histoire concernant le diplôme et de la réglementation sur les sites classés et inscrits.
      En général les greeters sont des retraités qui ont déjà une retraire, ou des étudiants, qui reçoivent de l’argent qui ne sera pas déclaré.
      A quoi bon faire des études, Bac+3 ou Bac + 5 et se former toute sa vie?
      Courage et Combat au menu pour ne pas disparaitre.

    3. Un très bon article qui pose parfaitement le problème qui est fait de l’argent public par un certain nombre d’offices de tourisme.

      Les guides-conférenciers demeurent vigilants. Les touristes, qui sont aussi des contribuables, ont le droit d’avoir face à eux des guides-conférenciers professionnels, formés à l’Université, et non des amateurs qui s’improvisent professionnels d’un métier dont ils n’ont ni les diplômes, ni l’agrément administratif : la carte de guide-conférencier que tout visiteur est en droit d’exiger d’un guide.

      Merci !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Comment Nice fait la guerre aux locations saisonnières

Comment Nice fait la guerre aux locations saisonnières

1635 vues
4 juin 2021 0

La ville de Nice veut restreindre la progression des locations de type Airbnb. Pour...

Côte d’Azur : Pourquoi le Vista Palace devient The Maybourne Riviera

Côte d’Azur : Pourquoi le Vista Palace devient The Maybourne Riviera

2595 vues
1 juin 2021 0

Le nouveau « Palace » accroché à son piton rocheux à Roquebrune Cap Martin...

La Covid pénalise lourdement les comptes de la SBM à Monaco

La Covid pénalise lourdement les comptes de la SBM à Monaco

1345 vues
31 mai 2021 0

Sans surprise en communiquant sur son exercice annuel « mars 2020 mars 2021 »,...