3ème congrès International des aires marines protégées


Cette semaine la France accueille le troisième congrès international des aires marines protégées. Cet évènement revêt un caractère particulier en raison d’un contexte porteur, quand la France élabore une grande loi sur la biodiversité et que se profile la COP « climat » de 2015 que la France accueillera.

Les missions de l’AAMP renforcées au sein d’une agence française pour la biodiversité ambitieuse

Parmi d’autres mesures de la loi cadre, la création de l’agence française pour la biodiversité est une opportunité sans précédent de se doter d’un outil de gestion et de protection de la biodiversité efficace et reconnu.

La transversalité de l’outil et les moyens financiers et humains dont il sera doté conditionneront sa qualité et son efficacité, faisant la différence entre une coquille vide et un outil de gestion puissant. L’agence doit être dotée de moyens nouveaux et additionnels pour pouvoir remplir ses missions de connaissance, de conseil, de gestion, d’animation et de concertation à partir des compétences des parties qui devraient la composer (l’ONEMA, l’AAMP, Parcs Nationaux de France, le GIP ATEN, la FCBN mais aussi l’ONCFS).

Il restera à construire des liens fonctionnels forts avec d’autres acteurs comme RNF, la FCEN, le MNHN et l’IRSTEA. Ce n’est qu’à cette condition qu’elle sera « le second bras armé du ministère », avec l’Ademe, sur terre et en mer.

Réconcilier terre et mer

FNE souhaite que l’AAMP intègre l’agence de la biodiversité pour des raisons de cohérence politique. La biodiversité marine étant intimement liée à celle terrestre et ne saurait être traitée à part. Rappelons que plus de 80 % des pollutions marines sont d’origine terrestre, charriées par les fleuves et rivières. Or, eaux douces et eaux salées ne se rencontrent pas dans l’administration française tant leur gestion et leurs statuts sont différents. Ces deux mondes ne peuvent plus se tourner le dos, d’où l’intérêt de retrouver dans la même structure l’ONEMA et l’AAMP.

FNE refuse les cache-misères

En revanche, l’agence ne doit pas servir de cache misère en accueillant une AAMP privée de moyens et de soutiens politiques.

L’agence des aires marines protégées, forte de ses premiers succès devra, au contraire, voir ses missions confortées afin que le projet qu’elle porte de voir 20 % des eaux territoriales françaises classées en aires marines protégées se réalise. De plus, nombre de projets de parcs marins, tel que celui du Bassin d’Arcachon, sont en cale sèche et doivent d’urgence être remis à flot.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

La Côte d’Azur entend séduire plus de clients chinois hors saison 

La Côte d’Azur entend séduire plus de clients chinois hors saison 

756 vues
23 octobre 2019 0

Après l’ouverture début août par Air China de la liaison, pour l’instant saisonnière, entre...

L’Office de Tourisme de Cannes revisite l’accueil du public

L’Office de Tourisme de Cannes revisite l’accueil du public

1296 vues
21 octobre 2019 0

Après plus de 2 mois de travaux, le nouvel espace d’accueil implanté au rez-de-chaussée...

L’extension du Terminal 2 au centre des discussions à Nice

L’extension du Terminal 2 au centre des discussions à Nice

1003 vues
18 octobre 2019 0

Durant tout le mois d’octobre une enquête publique est organisée à Nice sur le...