Bangkok dans la brume


La Thaïlande devrait accueillir un peu plus de 37 millions de touristes cette année dont la plupart arrivent à Bangkok. Il faut vivre dans cette immense métropole pour se rendre compte que l’air devient irrespirable. Pourtant les autorités ne semblent pas agir face à ce fléau.

Bangkok est l’une des destinations les plus prisées au monde

La capitale thaïlandaise aurait accueilli au moins 20,2 millions de touristes internationaux en 2017, selon l’indice mondial des destinations Mastercard. Bangkok se trouverait à la première place devant Londres, Paris, Dubaï, Singapour et New York.

Le Nouvel An Chinois devrait attirer des milliers de touristes

L’office du tourisme de Thaïlande s’attend à recevoir 300 000 visiteurs chinois pendant les vacances Nouvel An, soit 18 % d’augmentation par rapport à 2017. Cette année le Nouvel An Chinois commence le 15 Février pour se terminer le 21. Ces touristes devraient être surpris par la pollution car même en Chine, il est difficile d’atteindre de pareils records.

Pékin qui est habituellement très polluée annonçait avoir pris des mesures vigoureuses pour lutter contre la pollution de l’air.

Selon l’agence de presse Chine Nouvelles, des usines hautement polluantes ont été fermées. La capitale chinoise se lancerait vers des énergies propres pour le chauffage et
la limitation des travaux de construction et de la production industrielle en hiver. Il faut dire que la température très froide du mois de Janvier aurait aidé à disperser la pollution.

Une surveillance accrue de l’air

La pollution de l’air à Bangkok a fait l’objet d’une surveillance accrue au cours des dernières semaines. Les résidents se plaignent du brouillard de pollution et surtout des problèmes respiratoires. Certaines écoles ont dû garder les enfants à l’intérieur des bâtiments.

Un indice de pollution qui est au-delà de ce qui est conseillé par l’OMS

L’Agence de Lutte contre la Pollution indiquait que les particules fines atteignaient un taux de 72 à 95 microgrammes par mètre cube d’air dans l’agglomération de Bangkok. Un taux qui est bien plus élevé que la moyenne de 10 microgrammes par m3 d’air que juge acceptable l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

En général, les formules d’indice de qualité de l’air comprennent jusqu’à six principaux polluants dont le monoxyde de carbone, le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote et l’ozone au niveau du sol… L’indice a grimpé jusqu’à 135 microgrammes dans certains quartiers de Bangkok.
L’agence thaïlandaise a conseillé aux résidents de porter des masques.

Les embouteillages sont toujours aussi importants

Si Mexico conserve son titre de capitale la plus embouteillée au monde ; Bangkok se situait en 2017 à la deuxième place. Bangkok a pourtant tout fait pour empirer la circulation. L’état a décidé des déductions fiscales pour l’achat d’une première voiture. Ce ne sont pas moins de 300 000 véhicules supplémentaires dans la circulation.

Heureusement, de plus en plus de touristes utilisent le MRT (métro sous-terrain) ou les deux lignes du SkyTrain, le métro aérien. On ne s’attardera pas sur le fait que la Thaïlande est le 2 ème pays au monde pour les accidents de la route. Il y a du boulot en perspective !

Serge Fabre





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Bonnes vacances à tous !

Bonnes vacances à tous !

176 vues
16 juillet 2018 0

Toute la rédaction de La Quotidienne vous souhaite de joyeuses vacances d’été et vous...

La Tunisie, vraie star de l’été 2018

La Tunisie, vraie star de l’été 2018

194 vues
13 juillet 2018 0

La fréquentation touristique en Tunisie a nettement augmenté au premier semestre 2018 par rapport...

De la grande Russie au menu de la Table de La Quotidienne -2ème partie

De la grande Russie au menu de la Table de La Quotidienne -2ème partie

101 vues
12 juillet 2018 1

Le tourisme en Russie est en forte croissance depuis les années soviétiques, d’abord grâce...