Troisième mandat de Xi Jinping : Bon ou mauvais pour le tourisme ?


Tous les regards seront rivés sur le congrès quinquennal du Parti communiste au Grand Palais du Peuple de Pékin à partir de ce dimanche (16 octobre), où le président Xi Jinping est susceptible d’obtenir un troisième mandat historique en tant que chef suprême de la Chine.

En 2018, la législature nationale avait adopté un amendement constitutionnel pour supprimer la limite du nombre de mandats présidentiels, permettant à M. Xi de rester au pouvoir au-delà de 2023.

Ses théories politiques surnommées « Pensée Xi Jinping » ont été inscrites dans la constitution du parti, cimentant son nom au panthéon des légendes du parti telles Mao Zedong et Deng Xiaoping.

« Xi Jinping est un leader avec un sens de la mission, une mission historique en fait« , a déclaré le Dr Ngeow Chow Bing, directeur de l’Institut d’études chinoises de l’Universiti Malaya (UM).

Est ce bien pour le tourisme ?

Xi Jinping préside la « quatrième » ère du PCC et la « troisième » ère de la RPC. Il est désormais à égalité avec Mao et Deng.

En 1995, les chinois n’étaient que 4,5 millions à s’être rendus à l’étranger. Leur nombre a dépassé les 150 millions en 2019 juste avant la pandémie. C’est donc plutôt une bonne chose.

Depuis qu’il a hérité de la direction de la deuxième économie mondiale de M. Hu Jintao, Xi Jinping a positionné Pékin comme un leader dominant sur la scène mondiale.

Le potentiel de croissance touristique est immense : seulement 10 % des Chinois disposent d’un passeport, contre 40 % des Américains et 76 % des Britanniques.

A l’horizon 2030, on pourrait compter 400 millions de touristes chinois, selon l’Institut de recherche sur le tourisme en Chine (Cotri)

Xi a proposé l’initiative baptisée « la Ceinture et la Route », – le tourisme stimule les échanges commerciaux et culturels entre la Chine et les pays participant à cette initiative.

Il a poussé à l’expansion rapide de la Chine dans la mer de Chine méridionale et a accueilli les Jeux olympiques d’hiver de 2022.

L’agressivité de Pékin dans ses efforts d’influence lui a même valu l’étiquette de «diplomatie du loup-guerrier» , un style affirmé adopté par les diplomates chinois.

Sur le plan national, M. Xi a popularisé le slogan inspirant du rêve chinois, célébré le 100e anniversaire du Parti communiste, réprimé la dissidence à Hong Kong et juré de poursuivre la réunification avec Taiwan.

Le troisième mandat de XI à l’ère post-covid

La clientèle chinoise offre un nouveau visage : souvent citadins, 54 % des visiteurs chinois ont moins de 35 ans et sont hyperconnectés. Ils privilégient les séjours individuels, choisis en fonction des avis partagés sur les réseaux.

Avec la Covid-19 qui a brutalement stoppé l’économie, les contrôles stricts et prolongés de la Chine ont été accusés d’avoir causé la stagnation de la croissance du pays.

La croissance économique a plongé à seulement 0,4 % en glissement annuel au deuxième trimestre 2022, soit une contraction de 2,6 % par rapport au trimestre précédent.

De plus, la stratégie zéro Covid de M. Xi a causé beaucoup de torts et de tragédie aux Chinois ordinaires de Wuhan à Xi’an, Shanghai et Chengdu – des villes qui ont été plongées dans des fermetures prolongées et douloureuses.

Le président continuera à « faire face à des défis de pression pour résoudre les tensions entre sa politique zéro-Covid et ses effets sur l’économie chinoise« , a-t-il déclaré, car les fermetures intermittentes de villes entières et l’arrêt des activités économiques étouffent l’économie du pays.

Au cours de son troisième mandat, M. Xi devra veiller au développement continu de la Chine afin d’atteindre son objectif du deuxième centenaire – que la nation devienne un pays socialiste moderne qui soit « prospère, fort, démocratique, culturellement avancé, harmonieux et beau » notamment avec le 100e anniversaire de la République populaire de Chine en 2049.

La Chine devra se recentrer, en s’appuyant fortement sur Ctrip, le numéro 1 du tourisme chinois, pour la promotion de son immense territoire car se sont surtout les économies de ses voisins asiatiques qui profitent actuellement de l’explosion du tourisme chinois. Sur les 10 premières destinations, 9 sont situées sur ce continent.

La Thaïlande et le Japon sont les deux grands bénéficiaires : ils accueillent dix fois plus de Chinois qu’il y a dix ans.

Un vaste chantier attend donc le futur dirigeant qui fait face à quand même à de très nombreux opposants, la plupart voulant rester, pour leur sécurité, incognito.

« Avec des titres tels que « président de tout », « barreur », « leader principal » et « leader du peuple », à quoi le monde peut-il s’attendre de la part de cet homme de 69 ans qui veut rester au pouvoir au moins jusqu’en 2027 ? expliquent ils ainsi.





    1 commentaire pour “Troisième mandat de Xi Jinping : Bon ou mauvais pour le tourisme ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Encore un record de touristes à Dubaï

Encore un record de touristes à Dubaï

1760 vues
7 février 2023 0

Dubaï a accueilli 14,36 millions de visiteurs internationaux d’une nuit en 2022, soit une...

Tourisme global : l’ Inde se lance dans la course au gigantisme

Tourisme global : l’ Inde se lance dans la course au gigantisme

2197 vues
6 février 2023 0

Pourquoi Air India va acheter 500 nouveaux avions ? l’Inde connaît un boom des...

Très bel éductour en Algérie avec Envie de Maghreb

Très bel éductour en Algérie avec Envie de Maghreb

2958 vues
2 février 2023 0

L’évocation du tourisme en Algérie ne laisse personne indifférent. Depuis des siècles, ce pays...