Tourisme et coronavirus : Une rentrée à l’agonie


Tout l’été, les professionnels du tourisme et plus particulièrement les autocaristes sont restés mobilisés à l’affût de la moindre demande de voyage touristique : sur le territoire uniquement : Covid-19 oblige.

« Après bientôt 6 mois de pandémie, les messages de certains membres du gouvernement, rappelle l’UNOSTRA (Union Européenne des Transporteurs Routiers) restent dévastateurs : déconseillant, préconisant, suggérant, aux associations, aux collectivités et aux enseignants de différer, voire d’annuler leurs projets de sorties, alors que les autocaristes ont tout mis en œuvre pour respecter les mesures barrières anti Covid et qu’il est possible de voyager en autocar en toute sécurité mais différemment« .

Les chefs d’entreprise font un constat amer 

Une certaine partie des salariés refuse de reprendre le travail. Le télétravail les rassure ! D’autres préfèrent demander un congé maladie. Certains demandent une rupture conventionnelle, pour bénéficier du chômage en attendant d’y voir plus clair !

Les autocaristes sont atterrés ! Alors que la Branche du Transport Routier recherche 30 000 conducteurs.

Les messages successifs du gouvernement sont interprétés différemment par les acteurs. Certains adoptent le principe de précaution absolue ; d’autres heureusement, en août dernier ont souhaité redonner de la cohésion sociale aux territoires en validant le principe des colonies apprenantes par le transport en autocar. La communication gouvernementale doit être plus claire.

Les banques en questions

Du côté des banques : Après un bras de fer de plusieurs semaines trois organismes ont accordé un report d’échéances de 12 mois aux autocaristes.
Lix bail Crédit Agricole – CC CIC leasings – CIC cls.

La négociation se poursuit avec les autres organismes financiers populaires, Franfinance Société Générale, entre autres .

Reçus par plusieurs directeurs de BDF régionaux, et devant le refus catégorique de ddl Landen, de porter le report d’échéances de prêt de 6 à 12 mois, les autocaristes de l’ UNOSTRA envisagent de porter l’affaire en justice.

La demande de l’URSSAF aux entreprises, de reprendre le paiement des charges sociales de conducteurs qui vont rester au chômage partiel jusqu’en mars 2021 est ubuesque. Là aussi le bras de fer va être rude : les transporteurs ne lâchent rien !

L’Automne qui approche est traditionnellement la période des voyages linguistiques, des classes de neige, des spectacles à la capitale et dans les capitales régionales, des marchés de Noel, des voyages seniors. Autant de prestations qui non valorisées voir déconseillées, par le Gouvernement et les décideurs régionaux, n’ont aucune chance de voir le jour.

« Si le gouvernement ne relance pas ces activités rapidement par une communication mettant en lumière la sécurité sanitaire et les conditions d’accueil dans les autocars, prévient Eric Valade le président Voyageurs de l’Unostra, des milliers de PME vont disparaître emportant avec elles, des associations, des hébergeurs, tout un secteur Touristique. Il en va de la responsabilité du Ministère de l’éducation nationale, et du Ministère des Finances. Les autocaristes ne sont pas prêts à mourir en silence, sans agir ... »

UNOSTRA – 8 rue Bernard Buffet 75017 PARIS
Email : contact@unostra.fr

 





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Cathay Pacific passe clairement dans le rouge

Cathay Pacific passe clairement dans le rouge

1296 vues
23 octobre 2020 0

La compagnie aérienne Cathay Pacific Airways de Hong Kong va supprimer environ 6 000...

La covid-19, cette microscopique tueuse de tourisme

La covid-19, cette microscopique tueuse de tourisme

1816 vues
22 octobre 2020 0

Déjà plus d’un million de morts dans le monde dont plus de 30 000...

Les multiples vies d’ Alitalia : grandeur et décadence d’un Capocannoniere

Les multiples vies d’ Alitalia : grandeur et décadence d’un Capocannoniere

1940 vues
21 octobre 2020 1

L’histoire de cette compagnie est pour le moins compliquée. Il faudrait la plume d’un...