Tourisme en Ile-de-France, une relance sous conditions


Le tourisme subit de plein fouet la crise de la Covid-19. Un choc sans précédent puisque pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, le secteur a été totalement à l’arrêt. Aujourd’hui encore il reste la filière économique la plus lourdement et durablement sinistrée. Un constat qui touche principalement la région Paris Ile-de-France, première destination touristique au monde, leader sur les deux segments du tourisme, celui d’agrément et celui d’affaires.

« La situation est très préoccupante. L’activité des professionnels du tourisme reste fragile sur le long terme. Il faut urgemment renforcer le soutien à ce secteur » alerte Didier Kling, président de la CCI Paris Ile-de-France.

Les commerçants continuent à faire face à des coûts fixes (loyers, charges, contrats d’entretien, assurances …) tandis que les pertes de chiffres d’affaire atteignent des pourcentages oscillant entre 60 et 80 % avec une reprise en demi-teinte.

Les perspectives pour le tourisme d’affaires sont également très inquiétantes : plus de 200 salons et 450 congrès ont déjà été annulés ou reportés.

Certes les aides d’urgence ont été des signaux forts de soutien, tout comme le plan de relance du gouvernement. Mais pour aller au-delà et poursuivre l’effort collectif, la CCI Paris Ile-de-France formule sept préconisations :

1. Pérenniser l’accompagnement des professionnels du tourisme et du commerce jusqu’à l’été 2021 ;
2. Instaurer un plan “Urgence Tourisme” pour les crises sanitaires et économiques de grande ampleur ;
3. Promouvoir pour les 3 années à venir, le tourisme local via un plan de communication collectif ;
4. Accélérer le virage numérique de la filière tourisme en augmentant le montant des aides et dispositifs d’accompagnement des TPE / PME ;
5. Instaurer un suivi régional des plans sanitaires par les acteurs du tourisme, les collectivités locales et le réseau consulaire ;
6. Organiser collectivement la reconquête des clientèles internationales dans un contexte post-covid ;
7. Créer un fonds visant à soutenir les entreprises françaises dans la participation aux rencontres d’affaire ;

« Pour déployer ces mesures, il est primordial que tout l’écosystème – État, Région, fédérations, institutionnels, opérateurs touristiques – agisse vite et fort » conclut Didier Kling.





    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

Tourisme et transport : Le trafic entre le royaume uni et l’Europe en grand danger

Tourisme et transport : Le trafic entre le royaume uni et l’Europe en grand danger

1489 vues
19 octobre 2020 0

Le secrétaire britannique aux Transports, Grant Shapps, a sonné l’alarme la semaine dernière lors...

On a testé le circuit safe tourism en Autriche. En vrai.

On a testé le circuit safe tourism en Autriche. En vrai.

2222 vues
16 octobre 2020 0

Avec la Covid-19 et ses évolutions imprévisibles, une inquiétude légitime a envahi nombre de...

Des billets d’avions en pleine zone de turbulences

Des billets d’avions en pleine zone de turbulences

1659 vues
15 octobre 2020 0

La rentrée de septembre a été passable, en matière de vols secs. C’est le...